AstraZeneca: la Suède reprend la vaccination pour les personnes de plus de 65 ans

H.G.
·2 min de lecture
Un flacon du vaccin AstraZeneca contre le Covid 19 (Photo d'illustration) - Sam Yeh © 2019 AFP
Un flacon du vaccin AstraZeneca contre le Covid 19 (Photo d'illustration) - Sam Yeh © 2019 AFP

La Suède, qui avait suspendu l'usage du vaccin anti-Covid d'AstraZeneca après le signalement de possibles effets secondaires, notamment des cas suspects de mauvaise coagulation sanguine, a annoncé jeudi sa reprise pour les 65 ans et plus.

S'il "ne peut être exclu que certains cas rares d'effets secondaires graves puissent être associés au vaccin", a expliqué l'Agence suédoise de la santé publique FHM dans un communiqué, "ces cas suspects n'ont jusqu'à présent été signalés que chez des personnes plus jeunes, pas chez une personne de plus de 65 ans", a-t-elle poursuivi.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L'administration du vaccin toujours suspendue pour les jeunes

"La vaccination des personnes âgées de 65 ans et plus peut reprendre", a annoncé FHM.

Les autorités sanitaires continuent toutefois de suspendre l'utilisation du vaccin d'Astra Zeneca chez les plus jeunes, "jusqu'à ce que nous ayons plus d'informations sur les risques" liés au vaccin, a déclaré en conférence de presse l'épidémiologiste Anders Tegnell.

Parmi les premiers à suspendre le vaccin d'AstraZeneca à cause de craintes sur de possibles effets secondaires graves, les pays nordiques ont temporisé avant de reprendre les injections en dépit du feu vert de régulateur européen.

Reprise de la vaccination dans plusieurs pays

La Finlande - qui s'était elle distinguée la semaine dernière en décidant de suspendre le vaccin AstraZeneca après l'avis favorable à son usage de l'agence européenne du médicament - ainsi que l'Islande, ont annoncé mercredi reprendre les vaccinations avec le vaccin anglo-suédois pour les plus de 65 et 70 ans respectivement.

En revanche, le Danemark a indiqué jeudi prolonger sa suspension de trois semaines, afin de s'accorder "plus de temps" pour exclure entièrement un lien entre les quelques cas connus de caillots sanguins rares mais graves et la vaccination avec le vaccin d'AstraZeneca. La Norvège doit faire part de sa décision vendredi.

Article original publié sur BFMTV.com