AstraZeneca, les hauts et les bas d'un vaccin "mal aimé"

Nabil Touati
·.
·1 min de lecture
AstraZeneca, les hauts et les bas d'un vaccin "mal aimé"
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

COVID-19 - Au départ, ce vaccin avait tout pour plaire. Commercialisé à prix coûtant autour de 3,5 euros, facile à stocker entre 2 et 8 degrés, issu d’une technologie plus traditionnelle que ses deux principaux concurrents, distribué à grande échelle grâce aux trois milliards de doses disponibles en 2021 annoncées par son fabricant, le sérum développé par la prestigieuse Université d’Oxford n’annoncait que de bonnes nouvelles.

Mais à l’arrivée, la commercialisation du vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19 ressemble à une série télé aux rebondissements permanents, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Macron reprend une info sur AstraZeneca

Troisième vaccin autorisé par l’Union européenne (EU) fin janvier 2021, après Pfizer-BioNTech et Moderna, AstraZeneca a été le premier à voir ses résultats validés début décembre par une revue scientifique, The Lancet. Mais son taux d’efficacité global à 70%, le vaccin d’AstraZeneca le doit notamment à une erreur de dosage: à la surprise générale, les résultats les plus probants (90%) ont été constatés sur une groupe de patients ayant d’abord reçu... par erreur une demi-dose, au lieu de la dose prévue. En raison de problèmes de méthodologie, l’université d’Oxford a dû annoncer fin novembre qu’elle reprendrait les essais avec une demi-dose à une plus large échelle.

Victime d’une mauvaise interprétation de ses données préliminaires, AstraZeneca a ensuite été accusé, à tort, d’...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.