AstraZeneca: l'EMA confirme que les caillots sanguins sont un effet secondaire rare

·3 min de lecture

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mercredi que les caillots sanguins devraient être répertoriés comme effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, tout en estimant que la balance bénéfice/risque reste « positive ».

L'EMA a établi « un lien possible avec de très rares cas de caillots sanguins inhabituels avec des plaquettes sanguines basses », a déclaré l'agence basée à Amsterdam dans un communiqué.

Aucun facteur de risque spécifique n'a toutefois été identifié, a déclaré la directrice exécutive de l'EMA, Emer Cooke, lors d'une visioconférence.

Le comité d'évaluation du risque en pharmacovigilance souligne que la plupart des cas concernaient des femmes, le plus souvent de moins de 60 ans mais l’agence estime tout de même qu’il n’est pas possible d’établir des facteurs de risque liés à l’âge, au sexe ou à des antécédents médicaux, rapporte notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet. Il pourrait y avoir à l’origine de ces effets secondaires une réponse immunitaire mais là encore l’agence estime ne pas avoir de certitude scientifique.

« Des facteurs de risque spécifiques tels que l'âge, le sexe ou les antécédents médicaux n'ont pas pu être confirmés car les événements rares sont observés à tous les âges », a expliqué Emer Cooke. « Une explication plausible de ces effets secondaires rares est une réponse immunitaire au vaccin », a ajouté Mme Cooke, soulignant que le vaccin est « très efficace » et « sauve des vies ».

► À consulter aussi : [Infographie] Vaccin AstraZeneca, chronologie d'une défiance

L’EMA continue d’affirmer que les bienfaits du vaccin AstraZeneca restent supérieurs aux risques mais elle prévient d’avoir à surveiller un certain nombre de symptômes dans les deux semaines après la première injection. À savoir le souffle court, des douleurs à la poitrine, des jambes gonflées, des douleurs abdominales persistantes, des taches sous-cutanées autour de l’endroit de la piqûre, des troubles de la vue ou des maux de tête.

Plusieurs pays européens ont suspendu l'utilisation du vaccin du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca en raison de signalements de caillots sanguins parmi les personnes vaccinées.

Le régulateur européen avait précédemment assuré que le vaccin n'était pas lié à un risque plus élevé de caillots sanguins, indiquant cependant ne pas pouvoir « exclure définitivement » un lien avec des troubles de la coagulation rares.

Les ministres de la Santé de l'Union européenne doivent se réunir par visioconférence à partir de 16h00 TU pour examiner les conclusions de l'EMA.

Au Royaume-Uni, les autorités scientifiques recommandent de limiter le vaccin AstraZeneca aux plus de 30 ans

Le comité scientifique supervisant la campagne de vaccination anti-Covid au Royaume-Uni a recommandé ce mercredi de limiter l'usage du vaccin AstraZeneca aux plus de 30 ans quand c'est possible, après le signalement de rares cas de caillots sanguins. « Les adultes âgés de 18 à 29 ans, qui n'ont pas de comorbidité leur faisant encourir un risque plus élevé d'une forme grave du Covid-19, devraient se voir proposer un autre vaccin Covid-19 plutôt que le vaccin AstraZeneca, quand une telle alternative est disponible », a déclaré le professeur Wei Shen Lim, du JCVI, soulignant que le comité ne recommandait l'arrêt de la vaccination dans aucun groupe d'âge.

(Avec AFP)

À lire aussi : À la Une: le vaccin AstraZeneca entre défi et défiance