AstraZeneca: face aux variants, Macron note "que d'autres vaccins sont plus efficaces"

·2 min de lecture
Emmanuel Macron à Strasbourg, le 9 mai 2021 - FREDERICK FLORIN / AFP
Emmanuel Macron à Strasbourg, le 9 mai 2021 - FREDERICK FLORIN / AFP

Emmanuel Macron a soufflé le chaud et le froid au sujet du vaccin d'AstraZeneca, dimanche depuis Strasbourg, où il se trouvait pour le lancement de la Conférence sur l'avenir de l'Europe.

"Nous vaccinons avec ce vaccin en France et en Europe, il faut continuer de le faire parce qu'il nous aidera à la sortie de crise. Mais pour répondre en particulier aux variants, puisqu'on parle des commandes à venir, on voit que d'autres vaccins sont plus efficaces", a fait valoir le chef de l'État.

Plus tôt dans la journée, le commissaire européen Thierry Breton avait annoncé que pour l'heure, l'Union européenne n'avait pas renouvelé son contrat de fourniture avec le laboratoire anglo-suédois pour la période ultérieure au mois de juin.

"On n'est pas en capacité de choisir tel ou tel vaccin"

La sortie d'Emmanuel Macron a ajouté au trouble concernant ce sérum, réservé aux plus de 55 ans en France et déjà décrié du fait de rares cas de thromboses atypiques. La veille, Jean Castex avait d'ailleurs "exhorté" les plus de 55 ans à se faire "vacciner avec tous les vaccins, en particulier avec l'AstraZeneca".

Les soignants et spécialistes défendent ce vaccin en invoquant une balance positive entre les bénéfices et les risques. "Au-dessus de 55 ans, les autorités sont toutes unanimes en France comme ailleurs qu'il n'y a pas de danger", a martelé samedi le Preier ministre.

"On n'est pas dans une situation où on est en capacité de choisir tel ou tel type de vaccin selon la présence des variants ou pas", regrette sur notre antenne le docteur Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France. "AstraZeneca ne marche pas ou marche mal sur le variant sud-africain, mais le variant sud-africain est largement minoritaire en France", a défendu le généraliste.

Face au virus et ses variants, l'Union européenne, qui pilote les commandes de vaccins pour ses États-membres, mise désormais ouvertement sur les sérums à ARN messager, comme celui de Moderna ou de Pfizer-BioNTech. Pour ce dernier, une commande de 1,8 milliard de doses a été passée.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles