AstraZeneca : enquête ouverte après le décès d’un étudiant vacciné

·1 min de lecture

Jeudi 18 mars, à Nantes, le corps d'un étudiant en médecine de 26 ans a été découvert, plusieurs jours après qu'il a été vacciné contre le Covid-19 avec AstraZeneca. Une "enquête en recherche des causes de la mort" vient d’être ouverte pour déterminer les causes de son décès.

Le retour au calme n’est pas encore à l’ordre du jour pour AstraZeneca. Ce 18 mars, le corps d'un étudiant nantais en médecine de 26 ans a été retrouvé dix jours après une injection du vaccin. Une " enquête en recherche des causes de la mort " vient d’être ouverte pour déterminer les causes de son décès, a appris ce mardi l'AFP auprès de l'Agence régionale de Santé (ARS) des Pays de la Loire et du parquet." Une autopsie médico-légale a été réalisée le 19 mars 2021 dont les conclusions ont été communiquées au parquet le 22 mars ", indique dans un communiqué le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès. " Afin de préciser les causes et les circonstances de la mort, il est apparu nécessaire de procéder à des analyses complémentaires. En l'état, il convient d'attendre les conclusions de ces expertises pour déterminer avec certitude les causes du décès ", a ajouté le magistrat.Surveillance renforcéeSelon une source proche du dossier citée par Ouest France, le rapport d'autopsie ordonné par le parquet de Nantes évoquerait une " hémorragie interne causée par une thrombose ", chez cet étudiant en sixième année de médecine, décrit par sa famille comme " sportif " et avec " une parfaite hygiène...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

AstraZeneca : Un vaccin "sûr" et "efficace" juge l'Agence européenne du médicament

Avant AstraZeneca, ces campagnes de vaccination fragilisées par le doute

Après la suspension d'AstraZeneca, la flambée du discours antivax sur les réseaux sociaux

AstraZeneca : en Allemagne, une proportion de thromboses veineuses anormalement élevée

Suspension d'AstraZeneca en France : "Le principe de précaution peut tuer"