AstraZeneca : des centaines de doses ne trouvent pas preneur dans les Hauts-de-France

Samedi 3 avril, un centre de vaccination situé à Calais (Pas-de-Calais) a dû fermer ses portes plus tôt que prévu faute de candidat au vaccin AstraZeneca. Avec 600 annulations, des doses n’ont pas pu être injectées. Au grand désarroi de Nathalie Bouchart, la maire de Calais, ce sont les mêmes arguments chez les personnes qui se désistent. “Les personnes disent qu’elles ne veulent pas être vaccinées à l’AstraZeneca et préfèrent attendre un autre vaccin”, déplore-t-elle.La détection de cas de thromboses a semé le doute Dans les Hauts-de-France, Calais est loin d’être un cas exceptionnel. Ce week-end à Gravelines (Nord) il restait 600 doses, 900 à Valenciennes (Nord), et 160 à Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais). La détection de cas de thrombose a semé le doute. Selon les autorités, il y a eu 12 cas de thrombose après l’injection du vaccin AstraZeneca sur près de 2 millions de doses.