AstraZeneca en Allemagne : les moins de 60 ans recevront une deuxième dose d'un autre vaccin

·2 min de lecture

Les autorités allemandes ont annoncé, mardi soir, que les personnes de moins de 60 ans ayant reçu une première dose du vaccin d'AstraZeneca se verraient injecter leur deuxième dose avec BioNTech/Pfizer ou Moderna. Le pays suit ainsi l'exemple de la France, bien que l'OMS n'ait pas fait de recommandation en ce sens.

Les personnes de moins de 60 ans vaccinées en Allemagne contre le Covid-19 avec une première dose d'AstraZeneca auront leur deuxième injection avec un autre vaccin, ont décidé mardi 13 avril les ministères de la Santé fédéral et régionaux.

L'Allemagne avait choisi le 30 mars de restreindre l'usage du vaccin AstraZeneca pour les moins de 60 ans, en raison de rares cas de thromboses repérés en Europe.

Les personnes de cette tranche d'âge ayant reçu avant cette date une première dose du sérum du laboratoire anglo-suédois bénéficieront pour leur deuxième injection de la préparation de BioNTech/Pfizer ou Moderna, également disponibles en Allemagne, ont décidé les responsables de la santé à l'issue d'une réunion, selon l'agence de presse DPA.

"La solution qui a été trouvée offre une bonne protection", a déclaré à DPA le président de la Conférence des ministres de la Santé et responsable pour la Bavière, Klaus Holetschek.

Les ministres ont suivi la recommandation émise la semaine dernière par la Commission permanente de la vaccination (Stiko). La Stiko avait recommandé de faire intervenir cette deuxième injection douze semaines après la dose initiale d'AstraZeneca.

Comme la France

L'Allemagne a décidé, comme de nombreux pays, de limiter aux plus âgés l'usage d'AstraZeneca car des thromboses rarissimes ont été observées chez des sujets plus jeunes. Au 2 avril, il y avait 42 cas répertoriés de thrombose veineuse cérébrale après une vaccination AstraZeneca. Dans 35 cas, il s'agit de femmes de 20 à 63 ans et huit personnes sont décédées.

Selon le ministère de la Santé, quelque 2,2 millions de citoyens de moins de 60 ans ont reçu une première vaccination avec AstraZeneca au cours des dernières semaines.

La France a fait le même choix que l'Allemagne de remplacer la seconde dose d'AstraZeneca par un vaccin à ARN messager. L'OMS avait indiqué qu'elle ne pouvait, faute de "données adéquates", faire de recommandation sur un changement de vaccin anti-Covid entre deux doses.

Avec AFP