Assurances/UE: Le régulateur souhaite que les dividendes restent suspendus

ASSURANCES/UE: LE RÉGULATEUR SOUHAITE QUE LES DIVIDENDES RESTENT SUSPENDUS

LONDRES (Reuters) - Les compagnies d'assurance doivent continuer de suspendre leurs dividendes tant qu'on n'y verra pas plus clair sur l'impact économique de la pandémie de coronavirus, a estimé mercredi l'Autorité européenne supervisant les assurances.

"Nous croyons toujours que c'est une approche raisonnable (...). Il y a encore trop d'éléments d'incertitude", a déclaré le président de l'Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (AEAPP), Gabriel Bernardino, lors d'une visioconférence organisée par IIF, qui regroupe les grands acteurs mondiaux de l'industrie de la finance.

Malgré ces recommandations, l'assureur français Axa a annoncé mercredi qu'il verserait un dividende au titre de l'année 2019, réduit toutefois de moitié. Son concurrent allemand Allianz a également maintenu le versement d'un dividende.

Les compagnies européennes d'assurance étaient dans une santé florissante avant la crise du coronavirus, a souligné Gabriel Bernardino. Il a déclaré être en accord "pour le moment" avec la manière dont les assureurs ont relevé le défi de la crise, ajoutant toutefois que les incertitudes étaient encore trop forte pour relâcher les efforts.

Si la crise s'aggrave, le régulateur pourra donner aux compagnies plus de temps pour reconstituer leurs réserves de capital, a déclaré le chef de l'AEAPP.

D'après Gabriel Bernardino, les assureurs doivent être particulièrement attentifs à l'impact sur leur solvabilité de la hausse des demandes d'indemnisation pour perte d'activité de la part d'entreprises clientes.

Un certain nombre d'entreprises au Royaume-Uni, en France et aux États-Unis demandent à être indemnisées par des assureurs au titre de l'interruption de leur activité au plus forte de l'épidémie. Selon plusieurs assureurs, ce risque épidémique n'est pas couvert par leur police d'assurance.


(Carolyn Cohn et Huw Jones; version française Anait Miridzhanian, édité par Jean-Michel Bélot)