Assurance vie : voici comment bénéficier au mieux de la fiscalité de ce placement vedette

Se procurer des revenus, faire fructifier un capital ou spéculer en Bourse… L’assurance vie répond à tous les objectifs. C’est aussi un placement parfaitement adapté à la préparation de sa retraite, grâce à une épargne sécurisée à 100% si l’on mise sur le fonds en euros, et avec un gros avantage par rapport au PER : l’argent est disponible à tout instant. Raison pour laquelle le transfert de son contrat sur ce nouveau produit, comme la loi le permet, n’est pas toujours judicieux. D’autant que l’assurance vie est un modèle de souplesse : des versements possibles à partir de 100 ou 200 euros et une épargne récupérable en rente ou en capital, tout en profitant d’une fiscalité dorée. Ajoutons un atout majeur par rapport aux autres produits retraite, y compris le PER : les héritiers ne paieront le plus souvent aucuns droits de succession, quel que soit l’âge de décès du souscripteur du contrat.

Avantages fiscaux : le paiement de l’impôt peut être évité après huit ans dans la plupart des cas

Bien qu’ayant été réformée en 2018, la fiscalité de l’assurance vie reste attrayante, surtout après huit ans. Il faut néanmoins distinguer deux situations en cas de sortie d’argent. Pour les versements antérieurs au 27 septembre 2017, les gains sont soumis à l’impôt sur le revenu ou, au choix, à une taxe dont le montant varie selon l’âge du contrat. Sachant qu’après huit ans un abattement annuel de 4 600 euros – 9 200 euros pour un couple marié ou pacsé – est appliqué sur les gains retirés, permettant dans la plupart des cas d’échapper à l’impôt (les 17,2% de prélèvements sociaux restent dus).

Pour les versements effectués à partir du 27 septembre 2017, en plus des prélèvements sociaux à 17,2%, les gains sont cette fois taxés forfaitairement à 12,8% ou, au choix, à l’impôt sur le revenu, mais là encore, au bout de huit ans, l’abattement de 4 600 ou 9 200 euros vient réduire ou supprimer l’impôt. Au-delà de l’abattement, les gains sont assujettis à une taxe de 7,5% (12,8% pour la part des

(...) Cliquez ici pour voir la suite

LATAM, première compagnie aérienne d'Amérique latine, en faillite aux Etats-Unis
Ces crédits et réductions d’impôt qui allègent votre facture fiscale
Lufthansa : Berlin annonce le sauvetage de la compagnie pour 9 milliards d'euros
Hausse du bonus électrique, baisse de la TVA... ce que pourrait annoncer Emmanuel Macron pour l’automobile
Le CAC 40 toujours porté par l'espoir d'un redémarrage économique mondial