Assurance chmage: Laurent Berger (CFDT) en a marre de "ceux qui mentent"

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, le 10 décembre 2018 à l'Elysée

Paris (AFP) - Le secrtaire gnral de la CFDT, Laurent Berger, "en a marre de ceux qui mentent", a-t-il affirm lundi sur France Inter, visant l'excutif qui prsente la rforme de l'assurance chmage comme une lutte contre la prcarit alors qu'elle "lutte contre les prcaires".

Trs remont depuis l'annonce de la rforme la semaine dernire, Laurent Berger ne dcolre pas.

"Je n'ai jamais menti et j'en ai marre de ceux qui mentent", a-t-il lch. Qui vise-t-il, l'interroge la journaliste ? "Tous ceux qui pourraient vous faire croire que cette rforme, elle est anodine", a-t-il dit.

"Le gouvernement, quand il dit que c'est une rforme pour lutter contre la prcarit, c'est un mensonge, c'est pour lutter contre les prcaires", a-t-il lanc.

"En 2008, contrairement ce que dit le gouvernement, ce n'tait pas un accord pour lutter contre les effets de la crise", a-t-il dit face aux arguments du gouvernement en ce sens pour appuyer le futur changement de certaines rgles. "L, il y a un profond mensonge du gouvernement", a-t-il protest.

"C'est une rforme purement budgtaire et qui va faire beaucoup d'conomies et sans doute beaucoup plus que celles annonces, tellement les rgles sont dures", a-t-il insist.

"Il y a un petit sous-jacent qui est que les demandeurs d'emploi, notamment ceux qui alternent des contrats courts et des priodes de chmage, ce serait des profiteurs", a-t-il encore dit. "Et moi je m'insurge contre a".

"J'en ai assez de ces responsables qui font de la communication et qui ne disent pas exactement les choses", a-t-il aussi dit, dplorant "le recul du consentement la solidarit" en France.

La rforme de l'assurance chmage, "on n'en parlera plus dans une semaine et cela va s'ancrer dans la vie quotidienne de milliers, de centaines de milliers de chmeurs", a-t-il regrett.

La CFDT "n'aura de cesse de dmontrer que cette rforme, elle est profondment injuste et aura des consquences trs graves", a-t-il dit.

Son syndicat a prvu un rassemblement mardi vers le ministre du Travail avec d'autres organisations (CFTC, CFE-CGC, Unsa) et des associations de jeunesse (Fage) et de lutte contre la pauvret.

Interview lundi soir dans l'mission Audition publique (LCP/Public Snat/Le Figaro/AFP), M. Berger a aussi vivement ragi aux propos de la ministre du Travail Muriel Pnicaud, qui avait accus dimanche sur RTL les partenaires sociaux de ne pas avoir voulu revoir le rgime des intermittents.

"Nous mettre a sur le dos c'est totalement inacceptable et c'est cynique. C'est le gouvernement qui n'a pas voulu y toucher", a-t-il tonn.

M. Berger a marqu son dsaccord avec les propos d'Emmanuel Macron Marseille lundi --"Vous avez envie de travailler ? Il y a des offres !", a dit le chef de l'Etat un chmeur dans une agence Ple Emploi.

"Je confirme ce que dit le prsident de la Rpublique, c'est--dire que les gens, ils veulent travailler (...) Ils veulent aussi tre indemniss comme il faut lorsqu'ils subissent des priodes de chmage".

La rforme de l'assurance-chmage est "profondment injuste" et "n'est pas du tout cohrent(e)" avec le discours de M. Macron devant l'Organisation internationale du Travail Genve le 11 juin, a estim M. Berger.