Assomption : Darmanin demande une surveillance accrue autour des lieux de culte catholiques

© Xose Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Vendredi, Gérald Darmanin a demandé aux préfets de "renforcer significativement" la surveillance des églises et des offices lundi à l'occasion de la fête catholique de l'Assomption en raison de la "persistance du risque terroriste". Les militaires de l'opération "Sentinelle" pourront également être déployés, ajoute le ministre de l'Intérieur.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé vendredi aux préfets de "renforcer significativement" la surveillance des églises et des offices lundi à l'occasion de la fête catholique de l'Assomption en raison de la "persistance du risque terroriste". "Je souhaite que votre attention se porte tout particulièrement sur les offices, rassemblements, processions et pèlerinages" du 15 août, écrit le ministre de l'Intérieur dans un télégramme consulté par l'AFP.

>> LIRE AUSSI - Gérald Darmanin reporte le projet de loi immigration, à la demande de Matignon

Les militaires de "Sentinelle" pourront être déployés

"La persistance d'un niveau élevé de la menace terroriste exige le maintien d'une forte vigilance vis-à-vis des lieux à caractère religieux", justifie-t-il. Les militaires de l'opération "Sentinelle" pourront également être déployés et "devront se montrer dissuasifs et visibles", ajoute Gérald Darmanin.

Vigilance renforcée autour des feux d'artifice du 15 août

Le ministre de l'Intérieur a également demandé vendredi aux préfets d'"être particulièrement vigilants" voire d'annuler les traditionnels spectacles pyrotechniques du 15 août en raison de "risques accrus d'incendies" alors que la France est confrontée à plusieurs feux de grande ampleur attisés par une sécheresse historique.

"Je vous demande d'examiner, en lien étroit avec les maires concernés, l'opportunité de maintenir ces manifestations et de prendre, si nécessaire, à votre niveau une mesure admini...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Gérald Darmanin affirme que l'imam Hassan Iquioussen "n'a rien à faire sur le sol de la République"