"Une association en opposition avec le pacte républicain" : après l'assassinat de Samuel Paty, le CCIF dans le viseur du gouvernement

franceinfo

"La peur va changer de camp", a affirmé Emmanuel Macron, cité par ses services, à l'issue du Conseil de défense du dimanche 18 octobre, après l’assassinat de Samuel Paty, l'enseignant décapité vendredi à Conflans-Sainte-Honorine. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé, sur Europe 1 lundi matin, que "des opérations de police" visant "des dizaines d'individus" ont débuté et que "plusieurs" structures associatives vont être dissoutes au Conseil des ministres.

Parmi ses cibles, le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), qui se défend de toute proximité avec la mouvance salafiste ou jihadiste. Le CCIF a été "manifestement impliqué", puisque le parent d'élève qui a "lancé une fatwa contre ce professeur (...) fait référence très clairement à cette association", a continué le ministre, appelant à la dissolution du collectif.

Un présuposé anti-républicain ?

Le but de cette association est de lutter contre toutes les formes de discrimination touchant les musulmans. Elle est reconnue et même reçue par la Commission européenne, ainsi qu’aux Nations unies. Mais, pour Didier Leschi, ancien directeur des cultes au ministère de l'Intérieur et président de l'Institut européen des sciences des religions, sans être (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi