Aux assises de Rouen, 22 et 17 ans de réclusion pour avoir démembré un homme

Céline Vasselin et Jessica Adam, deux mères de famille qui avaient, en 2018 près de Rouen, tué et démembré le compagnon de la première, ont été condamnées samedi par les assises de Seine-Maritime à 22 ans et 17 ans de réclusion.

Les deux femmes sont restées impassibles lors de l'énoncé du verdict et une troisième femme, jugée pour ne pas avoir pas empêché le crime, a été acquittée.

Céline Vasselin, esthéticienne de 35 ans, et Jessica Adam, 39 ans, une cliente devenue une "copine", étaient jugées depuis lundi pour avoir, dans la nuit du 3 au 4 novembre 2018 dans la banlieue de Rouen, drogué, tué par arme blanche et démembré Sliman Amara avec lequel Céline Vasselin avait eu un fils trois ans plus tôt.

Après l'annonce du verdict, l'avocate de Céline Vasselin, Me Sandra Gosselin s'est dite "satisfaite qu'une cour d'assises ait considéré que des violences psychologiques puissent entrer en ligne de compte sur le quantum d'une peine".

Me Gosselin a "la sensation que les portes de la maison de Sliman et Céline se sont enfin ouvertes", elle qui avait répété plusieurs fois pendant le procès que les violences intrafamiliales que sa cliente a dit avoir subies lors de sa relation avec M. Amara, s'effectuaient toujours "porte fermée".

L'avocat de Jessica Adam, Me Vincent Beux Prère a lui parlé d'une "peine juste, adaptée, clémente".

"Cette clémence, qu'elle méritait vraiment, a deux raisons : le motif psychologique et la personnalité de Jessica Adam", a dit l'avocat en rappelant les violences et viols subis par elle de la part de son beau-père lorsqu'elle était enfant, des faits pour lesquels il a été condamné.

Le conseil de la soeur de la victime, Me Frank Berton s'est pour sa part dit "très surpris par le quantum des condamnations et la clémence de la cour d'assises de Rouen".

- "Bras armé" -

L’avocate générale Olga Martin-Belliard avait requis vendredi trente années de réclusion contre Céline Vasselin et 25 années contre Jessica Adam qui encouraient toutes deux la réclusion à perpétuité.

"Je ne nie pas les difficultés de Mme Vasselin dans sa vie de couple avec Sliman Amara mais ces clés de compréhension ne viendront jamais justifier un assassinat", avait déclaré Mme Martin-Belliard lors de son réquisitoire.

Quant à Mme Adam, "elle a été je pense le bras armé que Mme Vasselin cherchait, un bras armé conscient, volontaire", selon la magistrate.

L'affaire avait commencé le 4 novembre 2018, avec la découverte par la brigade fluviale d'un corps démembré et enroulé dans une bâche, dans la Seine, un peu en amont de Rouen, ainsi qu'une main et un mollet humain dans d'autres communes les jours suivants. Le corps sera identifié par l'ADN comme étant celui de Sliman Amara.

Arrêtées quelques jours plus tard, sa compagne et son amie avaient rapidement avoué la machination: des toasts à l’anxiolytique pour le dîner du 3 novembre, des coups d'armes blanches puis le démembrement à l'aide de matériel acheté les semaines précédentes et l'éparpillement en différents points le lendemain.

Vendredi, les deux trentenaires avaient tenté chacune de minimiser leur influence dans ce projet macabre. Jessica Adam a estimé avoir été "bien bernée" par son amie qui, pour sa part, a rappelé le rôle actif de Mme Adam dans le crime, cette dernière ayant asséné le coup de feuille de boucher et le coup de couteau qu'elle dit n'avoir pas vus venir.

Avant que la cour ne se retire pour délibérer, Céline Vasselin a dit ressentir "énormément de peine, pour tout le mal" qu'elle a "fait à tout le monde". "Je dois être sanctionnée pour ce que j’ai fait", a-t-elle dit.

Jessica Adam a demandé pardon pour ses actes, se disant "sincèrement au fond de mon cœur, désolée pour Sliman, pour sa première femme, pour sa famille, pour ses enfants".

mac/mb/or