Assises du Loiret: un frère et une soeur jugés pour les meurtres d'une infirmière et son patient

Le procès d'un frère et d'une soeur, accusés du double meurtre d'une infirmière de 42 ans et de son patient de 84 ans survenu près de Montargis (Loiret), en octobre 2019, s'est ouvert devant les assises du Loiret (LOIC VENANCE)
Le procès d'un frère et d'une soeur, accusés du double meurtre d'une infirmière de 42 ans et de son patient de 84 ans survenu près de Montargis (Loiret), en octobre 2019, s'est ouvert devant les assises du Loiret (LOIC VENANCE)

Le procès d'un frère et d'une soeur, accusés du double meurtre d'une infirmière de 42 ans et de son patient de 84 ans survenu près de Montargis (Loiret), en octobre 2019, s'est ouvert jeudi devant les assises du Loiret.

Karine Foucher, une infirmière libérale et mère de deux enfants, avait été retrouvée morte dans un champ en bordure de route à Pannes, les mains liées par un câble téléphonique, à deux kilomètres environ du domicile de son patient. Son corps présentait plusieurs traces de coups à l'arme blanche au niveau du thorax et du cou, à l'origine du décès.

Jacques Samson, un homme de 84 ans, patient de l'infirmière qui lui prodiguait des soins à domicile tôt le matin, avait également été tué. Son corps avait été retrouvé à son domicile de Châlette-sur-Loing, "au pied de son lit, à la perpendiculaire, caché" sous des couvertures.

Les mains du retraité avaient été tranchées post-mortem, et retrouvées dans son jardin au cours des investigations quelques années plus tard.

Dans cette affaire, Messaoud Megchiche, 38 ans, et sa soeur Fazia, 44 ans, qui vivaient à environ 200 mètres de la maison du retraité, sont jugés jusqu'au 5 juin pour ce crime crapuleux.

Selon l'enquête, l'accusé, un polytoxicomane, déjà condamné à douze reprises notamment pour des affaires de stupéfiants, et sa soeur s'étaient rendus au domicile du retraité "pour récupérer des affaires", selon l'énoncé fait par le juge devant la cour d'assises.

Fazia Megchiche connaissait bien le retraité assassiné, chez qui elle avait fait des ménages jusqu'en 2017. A cette période, la famille de l'homme de 84 ans avait entamé une procédure contre cette mère de sept enfants, l'accusant d'avoir encaissé des chèques d'une forte somme.

En réalité, Messaoud Megchiche a expliqué au cours de l'enquête "être venu chercher de l'argent parce que sa soeur lui aurait dit qu'il y avait du cash", a rapporté le juge.

Alors qu'une "altercation" éclate entre les agresseurs et la victime, l'infirmière de ce dernier entre au domicile.

La carte bleue de celle-ci a été utilisée par les accusés, qui feront un retrait de 800 euros près de Montargis, avant de la tuer dans son véhicule et la jeter sur le bord d'une route.

Le frère et la soeur sont accusés d'avoir donné la mort, avec comme circonstances aggravantes, d'avoir porté atteinte à l'intégrité d'un cadavre en tranchant ses mains et d'avoir volontairement pris plusieurs armes à feu et armes blanches au domicile de M. Samson.

Deux autres hommes, qui comparaissent libres et sont sous contrôle judiciaire, sont également poursuivis pour recel d'armes ou non dénonciation de crime.

Le procès doit se tenir jusqu'à mercredi.

bat/mb/hj