Assemblée nationale : les cinq temps forts qui ont marqué ce début de législature

© XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Arrivée en masse fin juin des troupes RN et Nupes, une première femme au Perchoir, des textes de loi votés après des joutes jusqu'au petit matin...La nouvelle Assemblée nationale, où les macronistes ont perdu la majorité absolue , a démarré au pas de charge. Retour sur cinq événements qui ont marqué ce début de législature.

Les oppositions débarquent en force

Après la "claque" des législatives de juin, les macronistes, qui ont fondu de 345 à 250 députés, sont amers et inquiets. Ils voient débarquer au Palais Bourbon quelque 150 élus de l'alliance des gauches Nupes , dont les mélenchonistes porteurs de la "colère populaire", qui promettent d'être "offensifs". Sur la forme, ces députés bousculent les codes, en se démultipliant sur les réseaux sociaux et en portant moins volontiers cravate et costume, ce qui hérisse certains collègues.

A l'autre bord, la finaliste de la présidentielle, Marine Le Pen, constitue le plus gros groupe d'extrême droite de toute l'histoire en France, avec 89 députés. Ils accèdent à des postes clés de l'institution, affichent leur "sérieux" et jouent le contraste avec le "cirque" imputé à la Nupes ou le "melon" reproché à la majorité.

Les femmes au pouvoir

"Qu'il est long et sinueux le chemin de l'égalité entre les hommes et les femmes": à 51 ans, la députée des Yvelines Yaël Braun-Pivet, encore novice en politique en 2017, monte au Perchoir le 28 juin. Pour la première fois dans le pays, une femme est élue présidente de l'Assemblée nationale .

Fait inéd...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles