Assemblée générale de l'Iata sur fond de crise du secteur aérien

·1 min de lecture

L'Association internationale du transport aérien (Iata) tient à partir de ce lundi par visioconférence sa 76e Assemblée générale. L'occasion pour cette organisation de faire le point sur la santé du secteur qui va mal. La plupart des gouvernements se sont mobilisés au printemps dernier à coup de milliards de dollars pour venir en aide aux compagnies aériennes. Mais cela pourrait d'ores et déjà ne pas suffir.

Les restrictions de circulation mises en place pour éviter la propagation du coronavirus ont cloué la quasi totalité des flottes aériennes au printemps.

Sur l'ensemble de l'année 2020, le traffic aérien a baissé de 66%. Et les pertes sont allées jusqu'à 100 milliards de dollars. De grandes compagnies nationales dépendent depuis de l'aide des États. Mais d'autres compagnies aériennes ont mis la clef sous la porte. Parmi elles, notamment, les sud-africaines South African Airways et Comair, la britannique Flybe ou les branches autrichienne et française de Level.

Cette dégringolade a coûté au secteur des dizaines de milliers d'emploi, malgré les soutiens gouvernementaux qui ont atteint 160 milliards de dollars.

Mais ces fonds pourraient s'avérer insuffisants, estime le directeur général de l'Iata, Alexandre de Juniac. Les compagnies pourraient avoir besoin de 70 à 80 milliards de dollars supplémentaires pour éviter les dépôts de bilan. Près de deux tiers d'entre elles envisagent déjà de nouvelles suppressions de postes.