Des dizaines de morts en Afghanistan après deux attaques distinctes

A Kaboul. Les taliban ont lancé un assaut dans la nuit de mardi à mercredi contre un poste avancé des forces afghanes dans la province de Baghlan, tuant une quarantaine de policiers et de soldats alors qu'un attentat suicide à Kaboul a fait près de 50 morts. /Photo prise le 15 août 2018/REUTERS/Omar Sobhani (Reuters)

KABOUL (Reuters) - Les taliban ont lancé un assaut dans la nuit de mardi à mercredi contre un poste avancé des forces afghanes dans la province de Baghlan (nord), tuant une quarantaine de policiers et de soldats alors qu'un attentat suicide à Kaboul a fait près de 50 morts.

Selon les autorités locales de Baghlan, neuf policiers et 35 soldats ont été tués. Le ministère afghan de la Défense a confirmé l'attaque sans fournir de détails.

Parallèlement, un attentat suicide devant un centre éducatif d'un quartier à majorité chiite de l'ouest de la capitale a fait au moins 48 morts et 67 blessés mercredi, selon le dernier bilan fourni par le ministère de la Santé.

Cette attaque n'a pas encore été revendiquée mais les précédents attentats visant des chiites dans la région ont été perpétrés par le groupe Etat islamique.

Ces deux attaques soulignent les difficultés des forces de sécurité à contenir la pression exercée par les groupes insurgés en Afghanistan.

Selon le porte-parole des taliban, Zabihullah Mujahid, les combattants islamistes ont attaqué une base et deux postes avancés de la province de Baghlan, où ils ont tué 70 membres des forces de sécurité et se sont emparés de véhicules blindés et de munitions.

Les taliban avaient déjà attaqué lundi une base militaire dans la province de Faryab, également dans le nord du pays, et des affrontements ont aussi éclaté mardi pour le contrôle de deux checkpoints dans celle de Zaboul (sud), où une douzaine de soldats ont été tués.

A Ghazni, dans le centre du pays, la situation semble s'être stabilisée mercredi après cinq jours de combat entre les taliban et les forces gouvernementales, appuyées par les forces spéciales et l'aviation américaines.

Le commandement des taliban a ordonné à ses combattants de quitter cette ville située à 150 km environ au sud-ouest de Kaboul afin, selon lui, d'épargner à la ville des destructions supplémentaires.

Les combats à Ghazni ont fait des centaines de morts et de blessés et provoqué d'importants dégâts matériels.

La Mission de l'Onu en Afghanistan a avancé mercredi un bilan de 150 civils tués et indiqué que la ville était privée depuis plusieurs jours d'eau courante et d'électricité.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé l'envoi de médicaments et d'équipements vers l'hôpital de la ville, qui est saturé. Des réserves d'eau et des groupes électrogènes ont également été livrés.

(Abdul Qadir Sediqi avec Jibran Ahmad à Peshawar et James Mackenzie à Kaboul; Henri-Pierre André, Tangi Salaün et Arthur Connan pour le service français)