Assaut sur le Capitole: Trump qualifie le discours de Biden de "théâtre politique"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
L'ex-président Donald Trump s'exprime lors d'une visite à Pharr, dans le Texas, le 26 août 2021 - Sergio FLORES © 2019 AFP
L'ex-président Donald Trump s'exprime lors d'une visite à Pharr, dans le Texas, le 26 août 2021 - Sergio FLORES © 2019 AFP

876450610001_6290299452001

Donald Trump a qualifié jeudi le discours de Joe Biden, qui a rendu responsable son prédécesseur pour l'assaut contre le Congrès le 6 janvier 2021, de "théâtre politique" destiné à faire oublier les "échecs" du président démocrate.

Joe Biden "a utilisé mon nom pour tenter de diviser encore plus l'Amérique", a affirmé Donald Trump dans un communiqué. "Ce théâtre politique ne fait que détourner l'attention du fait que Biden a complètement et totalement échoué".

Dans un discours d'une gravité rare, Joe Biden a chargé jeudi son prédécesseur, qui a "tenté d'empêcher un transfert pacifique du pouvoir", promettant de ne laisser "personne mettre le couteau sous la gorge de la démocratie américaine".

Jamais nommé par Biden lors de son discours

Sans jamais nommer celui qu'il n'a appelé que "l'ancien président" ou "l'ancien président perdant", une formulation propre à faire enrager le milliardaire républicain, le démocrate de 79 ans a livré une attaque en règle depuis le Capitole, là même où des milliers de partisans de Donald Trump ont tenté il y a un an d'empêcher la certification de son élection.

Joe Biden a accusé son prédécesseur d'avoir "tenté d'empêcher un transfert pacifique du pouvoir" lors de l'"insurrection armée" du 6 janvier 2021.

Donald Trump "a créé et répandu un tissu de mensonges à propos de l'élection de 2020, il l'a fait car il préfère le pouvoir aux principes", et parce que "son ego blessé lui importe plus que notre démocratie", a asséné le président, qui n'avait encore jamais livré d'attaque aussi frontale.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles