Assaut du Capitole: la femme d'un policier mort après l'attaque porte plainte contre Donald Trump

Donald Trump. - AFP
Donald Trump. - AFP

Sandra Garza, la compagne du policier américain Brian Sicknick, mort après l'assaut du Capitole le 6 janvier 2021, a porté plainte contre l'ancien président Donald Trump, rapportent plusieurs médias américains, dont CNN.

Pour la plaignante, la "campagne de mensonges et la rhétorique incendiaire" de l'ancien locataire de la Maison Blanche au cours de la campagne présidentielle de 2020. Une position qui a poussé à l'émeute et a joué "un rôle significatif sur l'état de santé" du policier mort.

La plainte, déposée mercredi au tribunal fédéral de Washington D.C., vise à la fois Donald Trump et deux émeutiers du 6 janvier, Julian Khater et George Tanios, qui ont attaqué Brian Sicknick. Julian Khater et George Tanios faisaient partie de celles et ceux qui ont affronté des policiers, dont Brian Sicknick, chargés de garder la terrasse inférieure ouest du Capitole.

Brian Sicknick est mort le lendemain de l'assaut du Capitole de causes "naturelles" après avoir été victime de deux accidents vasculaires cérébraux (AVC) quelques heures après l'assaut. Le sort du policier américain avait ému une grande partie de la population choquée par l'attaque sur le bâtiment fédéral à Washington D.C.

"Trump a incité à la violence"

Sandra Garza réclame des millions de dollars de dommages et intérêts. Pour elle, le refus persistant de Donald Trump à reconnaître la victoire de Joe Biden a incité à la violence du 6 janvier 2021, un épisode qu'elle juge fatal dans la mort de son compagnon. "De nombreux participants à l'attaque ont depuis révélé qu'ils agissaient sur ce qu'ils croyaient être les ordres directs de l'accusé Trump au service de leur pays", indique la plainte. Elle estime par ailleurs que le discours de l'ancien président quelques heures avant l'émeute, exhortant les gens à "se battre comme des diables", était "le point culminant d'un effort coordonné pour renverser le vote de certification" par le Congrès.

"Donald Trump a directement incité à la violence au Capitole américain qui a suivi et a ensuite regardé avec approbation le bâtiment envahi", précise la plainte, "Donald Trump a fait toutes ces choses uniquement à titre personnel pour son propre intérêt".

Article original publié sur BFMTV.com