Assaut du Capitole: la députée Alexandria Ocasio-Cortez raconte ce qu'elle a vécu

·2 min de lecture

Un mois après l’assaut du Capitole à Washington, l’élue démocrate à la Chambre des représentants, Alexandria Ocasio-Cortez, appelée par tous « AOC », est revenue sur l’événement dans un live Instagram, qui a été suivi en direct par 150 000 personnes.

Quand une foule de partisans de Donald Trump commence à envahir le Capitole le 6 janvier dernier, un assistant d’AOC arrive en courant lui demandant de se cacher. L’élue démocrate vient à peine de trouver refuge dans les toilettes qui jouxtent son bureau, que déjà elle entend un homme hurler: « Où est-elle ? Où est-elle ? »

« À ce moment-là, raconte AOC sur son compte Instagram, j’ai pensé que tout était fini ». Il s’avère que l’homme est un policier du Capitole. Ce n’est pas pour autant que l’élue ou son assistant se sentent en sécurité : « Il me regardait avec une telle rage et une telle hostilité. Il n’avait pas de collègue à ses côtés et ne s’était pas présenté comme étant un policier du Capitole », précise AOC.

Dans son intervention, Alexandria Ocasio-Cortez accuse aussi les sénateurs républicains Ted Cruz et Josh Hawley de minimiser la gravité de l’émeute. La jeune élue les compare à des agresseurs sexuels qui tentent de faire taire leurs victimes.

« Ils essaient de nous dire de passer à autre chose sans qu'il y ait de comptes à rendre, sans que la vérité soit dite ou sans faire face aux dégâts extrêmes, à la perte de vies humaines, au traumatisme », s'insurge la députée de New York.

AOC survivante d'une agression sexuelle

« Je suis une survivante d'une agression sexuelle et je n'en ai pas parlé à grand monde dans ma vie », poursuit Alexandria Ocasio-Cortez, dressant un parallèle entre les parlementaires qui souhaitent « passer à autre chose » après l'assaut du Capitole et la tactique du déni qu'utilisent les auteurs d'agressions. « En tant que survivante, je lutte avec l'idée d'être crue », ajoute-t-elle, sans fournir de détails ni de date à propos de l'agression subie.

L'intervention de la députée de New York, suivie en direct par 150 000 personnes, a été saluée pour son courage et son honnêteté.

À la suite des enquêtes engagées après l’assaut du Capitole, l’un des émeutiers présumés a été inculpé pour avoir appelé sur Twitter à assassiner AOC.

À lire: Capitole: les émeutiers voulaient «capturer et assassiner des élus», selon des procureurs

(Avec AFP)