Assaut du Capitole: accusé de "coup d'État", Trump parle de "chasse aux sorcières"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

ÉTATS-UNIS - L’assaut du Capitole a été la “culmination d’une tentative de coup d’État”: un an et demi après les événements du 6 janvier 2021 qui ont choqué le monde, une commission d’enquête parlementaire a placé, ce jeudi 9 juin, Donald Trump au centre d’un “complot” visant à le maintenir au pouvoir.

De son côté, l’ancien président américain a une nouvelle fois fait l’éloge de cette journée, assurant que l’assaut du Capitole était le “plus grand mouvement de l’histoire pour rendre à l’Amérique sa grandeur”. Celui qui qualifie cette enquête de “chasse aux sorcières” a accusé sur son réseau social Truth Social la commission parlementaire d’être biaisée et a réitéré ses allégations de fraude électorale.

Selon lui, la commission “refuse de présenter certains des très nombreux témoins et déclarations positifs”. “La commission refuse de parler de la fraude électorale et des irrégularités qui ont eu lieu à grande échelle, et a décidé d’utiliser un réalisateur de documentaires de Fake News ABC pour tourner que des images négatives”, a-t-il déclaré, ajoutant: “Notre pays est dans une telle situation!”.

“Trump a allumé la mèche de cette attaque”

Pour appuyer ses conclusions, la commission du “6 janvier” a diffusé des images inédites et extrêmement violentes de cette froide journée d’hiver lors de laquelle des milliers de partisans de Donald Trump s’étaient réunis à Washington pour dénoncer le résultat de l’élection de 2020.

Ces vidéos montrent une marée humaine prenant d’assaut le siège du Congrès, s’attaquant à des policiers, appelant à “pendre” le vice-président Mike Pence, et un manifestant lisant des tweets de Donald Trump au mégaphone au milieu d’une foule en délire.

“Ce n’était en rien une visite touristique au Capitole”, a lancé Bennie Thompson en allusion à ceux chez les républicains qui ont brandi cet argument. Superposées à certaines de ces images, un montage de Donald Trump qualifiant ses manifestants de “pacifiques” et assurant qu’il y a “de l’amour dans l’air”.

Les manifestants ont pris d’assaut le siège du Parlement après “les encouragements” de l’ancien président, a déclaré Bennie Thompson, le chef de la commission, en ouverture d’une série d’auditions censées prouver l’existence d’une campagne délibérée pour renverser le résultat de la présidentielle de 2020, remportée par Joe Biden.

Depuis près d’un an, ce groupe d’élus - sept démocrates et deux républicains - a entendu plus de 1.000 témoins dont deux enfants de l’ancien président et épluché 140.000 documents pour faire la lumière sur les faits et gestes précis de Donald Trump avant, pendant et après cet événement qui a fait trembler la démocratie américaine.

“Donald Trump était au centre de ce complot”, a affirmé Bennie Thompson lors de cette audition de près de deux heures. “Le président Trump a convoqué et rassemblé la foule et allumé la mèche de cette attaque”, a assené Liz Cheney, une des rares élues républicaines ayant accepté de siéger dans cette commission.

Les travaux de la Commission rejetés par une majorité des républicains

En réaction à cette enquête, un membre du Congrès républicain et allié fidèle de Donald Trump, Jim Jordan, a préféré invoquer le retrait chaotique de l’Afghanistan sous la présidence Biden. “Où est l’émission en prime time sur le retrait bâclé du président Biden en Afghanistan?”, a-t-il écrit sur Twitter.

L’animateur de Fox News, Tucker Carlson, a déclaré que la chaîne n’allait pas diffuser les débats de l’audience du 6 janvier pour ne “pas jouer le jeu”, comme d’autres réseaux, car “tout cela est insultant”. Il a également qualifié l’émeute du Capitole de “mineure” et a promis de montrer aux téléspectateurs la “vérité honnête” à la place. “Ils mentent et nous n’allons pas les aider à le faire”, a-t-il ajouté.

La majorité des républicains rejettent les travaux de la commission, le chef des conservateurs à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, dénonçant la commission “la plus politique et la moins légitime de l’histoire des États-Unis”. Son parti a d’ores et déjà promis d’enterrer les travaux de cette commission s’il venait à prendre le contrôle de la Chambre lors des législatives de mi-mandat en novembre.

Un an et demi après l’assaut du Capitole, des millions de partisans de Donald Trump restent fermement convaincus que l’élection de 2020 fut entachée de fraudes. Et ce malgré les innombrables preuves du contraire.

À voir également sur Le HuffPost: Devant la NRA, Donald Trump appelle à armer enseignants et citoyens après la tuerie au Texas

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles