Assaut sur le Capitole aux États-Unis: comment Trump faisait pression sur la Justice

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les auditions publiques sur l’attaque contre le Capitole des États-Unis le 6 janvier 2021 se poursuivaient jeudi 23 juin. Au cours de cette cinquième séance, la commission spéciale de la Chambre des représentants a insisté sur les tentatives répétées de Donald Trump et de son entourage pour que le ministère de la Justice aide à l’invalidation des résultats de l’élection présidentielle de 2020.

Avec notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin

Une fois de plus, la commission a choisi des témoins républicains. Des responsables du département de la Justice, tous nommés par Donald Trump. Après la démission du ministre William Barr pour ne pas cautionner les accusations de fraudes massives poussées par le président et son entourage, c’est Jeffrey Rosen qui a assuré l’intérim.

Et il raconte. Il raconte comment, tous les jours entre sa prise de fonction et le 3 janvier, à l’exception du jour de Noël, il a été en contact avec le président qui lui demandait de valider par des enquêtes et des poursuites criminelles les accusations de fraude. Ou encore d’étudier des théories complotistes incroyables comme ce satellite italien qui aurait changé des votes Trump en votes Biden. « Dites que c’est illégal, et laissez-moi et les parlementaires républicains faire le reste », a même dit Donald Trump, selon un autre témoin.

À lire aussi : Assaut sur le Capitole aux États-Unis: des responsables locaux témoignent des pressions subies


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles