Assaut sur le Capitole aux États-Unis: des responsables locaux témoignent des pressions subies

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les auditions publiques de la commission sur l'attaque contre le Capitole, le 6 janvier 2021, aux États-Unis se poursuivent. Mardi 21 juin, les membres de la commission se sont attachés à montrer les pressions subies au niveau local pour changer le résultat de l'élection présidentielle de 2020.

De notre correspondant à Washington,

Après avoir cherché à démontrer que Donald Trump n'a cessé de parler d'élection volée alors qu’il savait que c’était faux, après les pressions sur le vice-président Mike Pence pour qu'il ne certifie pas les résultats de l'élection le 6 janvier 2021, les membres de la commission se sont intéressés aux pressions subies au niveau des responsables locaux, dans les États fédérés.

Intimidations en Arizona

Cette audition a été marquée par des témoignages particulièrement forts. Comme à leur habitude, les neuf membres de la commission, sept démocrates et deux républicains, ont interrogé des responsables républicains. Le premier d’entre eux s’appelle Rusty Bowers et il se définit comme un républicain conservateur. En novembre 2020, il souhaitait donc la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle. Il est aussi président de la Chambre des représentants de l’Arizona. Un État remporté par Joe Biden. Peu après l’élection, il a reçu un coup de fil de Rudy Giuliani, l’avocat de Donald Trump. Coup de fil auquel a participé le président lui-même. Les deux hommes disaient à Rusty Bowers que dans son État, des sans-papiers et des morts avaient voté par milliers et qu’il ne fallait donc pas certifier le résultat.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles