« Assassin's Creed » : les excuses d'Ubisoft, accusé de « validisme »

Par Nora Bussigny
·1 min de lecture
La série Assassin's Creed est l'un des grands succès d'Ubisoft.
La série Assassin's Creed est l'un des grands succès d'Ubisoft.

Depuis la parution du tout premier jeu Assassin's Creed en 2007, le succès est au rendez-vous. Pour cause : ces jeux vidéo permettent de découvrir l'Histoire tout en incarnant un personnage, membre d'une société secrète « les Assassins ». À chaque sortie très attendue, une nouvelle période de l'Histoire est entièrement recréée : les Croisades, la Renaissance italienne, l'Égypte ancienne, la guerre de Cent ans ou même la Révolution française. Travaillant main dans la main avec des historiens, Assassin's Creed a la réputation d'être extrêmement bien renseigné et d'offrir une visite en 3D parfaitement reconstituée des époques et des lieux. Romancé malgré tout, Assassin's Creed donne la possibilité à ses utilisateurs d'apprendre tout en jouant, comme dans l'opus Assassin's Creed Origins, qui offrait une véritable visite guidée d'une Alexandrie reconstituée.

Lire aussi Que vaut « Assassin's Creed Valhalla » ?

Le dernier Assassin's Creed : Valhalla, sorti le 10 novembre 2020, plonge ses joueurs dans le IXe siècle, en pleine conquête des Vikings à l'assaut du royaume anglo-saxon. Parmi les nombreux personnages, c'est la description d'une dénommée Eoforwine qui déclenche la critique : « Horriblement brûlée dans un accident survenu dans l'enfance, elle est terrifiée à l'idée que quelqu'un voie son visage défiguré. Elle soulage sa fureur dans des éclats de violence. » Outrée, une joueuse du nom de Courtney Craven s'est fendue d'un tweet réprobateur : « Il est absolum [...] Lire la suite