Publicité

Assassinat de Samuel Paty : les terribles révélations du complice de l’assassin du professeur

Bestimage

Condamné en 1996 à cinq ans de prison dont 18 mois avec sursis pour abus de bien sociaux, Pierre Botton récidive quelques années plus tard. De nouveau visé par une enquête pour les mêmes motifs près de vingt ans plus tard, l'ex-homme d'affaires retourne derrière les barreaux pour cinq ans de prison ferme, en 2020. Le tribunal ramène finalement sa peine à trois ans de prison ferme jusqu'à ce que le prévenu soit placé en semi-liberté à partir de la fin du mois de novembre 2021. Au cours de ce second séjour, le prévenu fait la connaissance d'un jeune homme originaire de Lyon, comme lui, qui n'est autre que l'un des complices d'Abdouallakh Abouyezidovitch Anzorov, assassin de Samuel Paty.

Ce vendredi 3 novembre 2023, Cyril Hanouna invitait Pierre Botton à raconter les coulisses des prisons françaises et notamment sa rencontre avec l'adolescent de 18 ans dont il a brossé un portrait glaçant. "En prison, j'ai vu des gens qui ont pris 28 ans, qui ont tué et violé une femme handicapée. C'étaient des boules de nerf. Ils cherchaient la bagarre avec n'importe qui, y compris avec moi - c'était d'un ridicule sans nom, a commencé son invité, d'un ton grave. Lui, hyper calme". Et de poursuivre : " déscolarisé à l'âge de 14 ans. Il dit qu'il n'était pas vraiment tenté par les armes mais par la religion". "Ce gamin, il est blanc. C'est important d'entendre ça", a ensuite insisté l'ex-détenu.

"Je suis revenu à Dieu en prison"

Pierre Botton nous explique (...)

Lire la suite sur Closer

Lady Diana : ses derniers mots au pompier qui tenait sa main révélés
La police à la recherche d’un agresseur sexuel après la découverte d’un cadavre de femme à son domicile
Dany Boon "converti par amour" au judaïsme : les révélations de l’acteur sur son rapport à la religion
Astrologie 2023 : ce qui attend le signe du Scorpion en novembre sur le plan de la santé
Complexes : cette partie du corps des femmes qui pose le plus problème après 50 ans