Assassinat du président haïtien : où en est l’enquête ?

·1 min de lecture
Le président haïtien, Moïse Jovenel, a été exécuté le 7 juillet en pleine nuit, dans sa résidence, par un commando.
Le président haïtien, Moïse Jovenel, a été exécuté le 7 juillet en pleine nuit, dans sa résidence, par un commando.

Moins d?une semaine après l?assassinat du président haïtien Jovenel Moïse, la confusion règne toujours sur les circonstances et raisons de sa mort, malgré une série d?arrestations de suspects. Voici ce que l?on sait sur cette situation extrêmement opaque.

Un mystérieux « docteur » haïtien

L?attention de la police haïtienne se porte sur un ressortissant haïtien ayant des « objectifs politiques », arrêté ce dimanche. Il est accusé d?avoir recruté le commando qui a assassiné le président Jovenel Moïse dans la nuit de mardi à mercredi. Christian Emmanuel Sanon, un homme de 63 ans de nationalité haïtienne basé en Floride, serait arrivé dans le pays en juin « à bord d?un avion privé » accompagné de ressortissants colombiens. Son but initial : « procéder à l?arrestation du président de la République », selon Léon Charles, directeur de la police nationale haïtienne.

Les Colombiens étaient chargés d?assurer la sécurité de Christian Emmanuel Sanon, mais la mission a ensuite « changé », a indiqué Léon Charles. Peu d?informations ont filtré sur le profil du suspect, qui se présente comme un « docteur » qui « joue un rôle de leader pour Haïti à travers une vie d?action positive et d?intégrité absolue » dans un compte Twitter portant son nom. Dans plusieurs vidéos postées en 2011 sur une chaîne YouTube à son nom, il semble se présenter comme un potentiel dirigeant, et critique le pouvoir haïtien et la corruption. « Où sont les dirigeants d?Haïti ? Nulle part, vous savez po [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles