Assassinat de JFK : quand le président américain Gerald Ford validait la thèse du complot à Valéry Giscard d'Estaing

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

22 novembre 1963. John Fitzgerald Kennedy, président des Etats-Unis, est assassiné d'une balle dans la tête alors qu'il circule dans les rues de Dallas, aux côtés de sa femme, Jackie, dans une limousine décapotable. Officiellement, le tireur est un certain Lee Harvey Oswald, présenté comme un pro-URSS âgé de 24 ans. Deux jours plus tard, le 24 novembre, ce dernier est, à son tour, assassiné par Jack Ruby, un patron de boîte de nuit de Dallas qui aurait tué Oswald sur un coup de folie et pour éviter à Jackie Kennedy de vivre le procès de l'assassin de son mari. Mais près de 60 ans après les faits, cette thèse officielle est remise en doute par de nombreuses personnes...

Oliver Stone est l'un d'entre eux. Dans les colonnes de Paris Match, ce jeudi 22 juillet, le réalisateur de JFK en 1991 évoque sa théorie sur l'assassinat du président américain. Selon lui, la thèse du tireur solitaire est caduque et John Fitzgerald Kennedy a été tué par un complot de la CIA. Une théorie à laquelle croyait également Gerald Ford, membre de la commission Warren (commission chargée d'enquêter sur les événements de Dallas) avant de devenir président des Etats-Unis. "En effet, il s'en est ouvert auprès de Valéry Giscard d'Estaing, ce qui a été révélé en 2013. 'Nous étions sûrs qu'il s'agissait d'un coup monté, a-t-il dit. Mais nous n'avons pas découvert qui l'avait monté.'", raconte Oliver Stone.

Assassinat de John Fitzgerald Kennedy : et si l'un des tireurs

(...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Pass sanitaire dans le train : ces précisions cruciales de la SNCF pour ne pas ruiner vos vacances
Coronavirus : votre lieu de vacances est-il concerné par les mesures renforcées ?
Olivier Véran catégorique : cette fausse idée sur la vaccination qu'il met à mal
Olivier Véran déchaîné : cette phrase très ironique lancée aux députés dans une Assemblée électrique
Assassinat de JFK : et si l'un des tireurs était Lucien Sarti, un bandit corse ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles