Assassinat de la « grotte sanglante » : perpétuité requise contre l’accusé

Source AFP
·1 min de lecture
Rémi Chesne et Audrey Louvet sont mis en cause dans la mort de Patrick Isoird, retrouvé tué par balle dans une galerie d'une grotte souterraine passant sous le mont Saint-Clair.
Rémi Chesne et Audrey Louvet sont mis en cause dans la mort de Patrick Isoird, retrouvé tué par balle dans une galerie d'une grotte souterraine passant sous le mont Saint-Clair.

La réclusion criminelle à perpétuité a été requise jeudi contre Rémi Chesne, pour l'enlèvement, la séquestration et l'assassinat d'un agent hospitalier sans histoire en 2014, dans l'affaire dite de la « grotte sanglante » de Sète. Devant la cour d'assises de l'Hérault, l'avocat général, Georges Gutierrez, a requis 10 ans de prison pour sa coaccusée, Audrey Louvet, qui a reconnu un rôle d'appât tout en assurant avoir ignoré le sort fatal qui attendait Patrick Isoird dans cette ancienne champignonnière désaffectée. L'avocat général a estimé qu'elle ne pouvait être reconnue coupable d'assassinat, mais uniquement d'enlèvement et séquestration.

« Le secret de la grotte de Sète, c'est la vengeance d'un homme blessé » qui a « exécuté sauvagement? un brave homme », a insisté l'avocat général : pendant cinq ans, Rémi Chesne « va tout prévoir et monter ce scénario machiavélique », ce « crime d'amour-propre » contre Patrick Isoird qui fut l'amant de son épouse, retrouvée pendue au lendemain de la découverte de cette liaison le 5 juillet 2009. Georges Gutierrez a, en revanche, estimé qu'Audrey Louvet « n'avait pas conscience que Rémi Chesne voulait assassiner Patrick Isoird ».

« Je ne comprends pas », répète l'accusé

Porté disparu le 23 juin 2014, après un rendez-vous avec Audrey Louvet près de la grotte de Listel, à Sète, Patrick Isoird est retrouvé le 17 juillet dans une cavité de cette galerie souterraine du mont Saint-Clair : pieds et poings liés, il a la boîte crâni [...] Lire la suite