Assassinat d'un Géorgien à Berlin: des informations ukrainiennes accréditent la piste du FSB

·1 min de lecture

C’est l’une des affaires qui empoisonnent les relations entre Berlin et Moscou. Le procès d’un Russe accusé d’avoir tué un Géorgien issu de la minorité tchétchène, à Berlin en août 2019, suit son cours en Allemagne. De nouvelles informations venues d’Ukraine permettent d’en savoir plus sur le suspect qui a agi sous un nom d’emprunt, selon le parquet allemand.

Les informations des forces de sécurité ukrainiennes apportent de l’eau au moulin de l’enquête de Spiegel, Bellingcat et The Insider, qui avaient révélé la véritable identité de l’assassin présumé. Celui-ci continue d’affirmer qu’il n’est qu’un touriste qui se prénomme Vadim Sokolov.

Mais des photos et un certificat de mariage trouvés lors d’une opération spéciale à Kharkiv, au domicile de la belle-mère du suspect, tendent à prouver que le meurtrier présumé de Zelimkhan Khangoshvili est bien Vadim Krasikov, un ancien membre des forces spéciales des commandos du FSB Vympel, avec lesquels il a gardé des liens étroits.

Sur l’une des photos, Vadim Krasikov apparaît avec des tatouages aux bras, les mêmes que ceux que la police allemande a photographié sur les bras de son prisonnier, qui possède un passeport au nom de « Vadim Sokolov ». Selon le Spiegel, ces nouvelles pièces ont été transmises par les autorités ukrainiennes aux enquêteurs allemands.

Après avoir abattu sa cible avec une arme munie d’un silencieux, dans un parc berlinois, le tueur s’était enfui sur un vélo électrique. Il avait jeté son arme et une perruque dans une rivière, mais il avait été repéré par des passants qui avaient prévenu la police.

Les autorités allemandes soupçonnent Vadim Krasikov d’avoir agi au nom du FSB.