Assassinée (Chérie 25) - Patricia Kaas : "Je tremblais devant les caméras"

·1 min de lecture

Comment êtes-vous devenue Cathy ?

Patricia Kaas : L’an dernier, le producteur Jean-Pierre Alessandri m’a vue dans une émission où je présentais mon autobiographie, L’Ombre de ma voix (Flammarion). Il a trouvé, dans ma façon de parler, une authenticité et une sensibilité qui lui faisaient penser à Cathy.

Avez-vous tout de suite accepté ?

Oh non ! J’ai longtemps hésité, car je ne me sentais pas à la hauteur. Ce film montre le parcours et la reconstruction des parents d’une victime. Mon personnage est souvent en larmes, en colère. Or, je ne pleure jamais, et me fâche peu.

Alors comment y arriver ?

Pour moi, jouer des émotions est plus intime que de les chanter.

Qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis ?

Mon autobiographie, qui a été une sorte de thérapie. En me livrant sur le papier, j’ai levé le voile de pudeur qui m’aurait empêchée d’être sincère devant la caméra. J’y évoquais notamment la mort de ma mère, il y a plus de vingt ans. Une douleur insurmontable.

À lire également

Isabelle Huppert, Catherine Deneuve... Quand les frenchies s'incrustent dans les séries américaines (PHOTOS)

Avez-vous puisé dans cette émotion pour incarne... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi