Assassinée (Chérie 25) Patricia Kaas : "Je tremblais devant les caméras"

Dans son pavillon, Cathy (Patricia Kaas) s’affaire : elle prépare une fête pour les 20 ans de sa fille, Éva. À midi, aucun signe de la demoiselle, qui a découché. D’abord agacée, la maman finit par s’inquiéter et signale la disparition à la gendarmerie. Elle va apprendre que le cadavre d’une jeune femme a été retrouvé dans une carrière. Ses pires craintes sont confirmées… C’est le premier grand rôle de Patricia Kaas, dix ans après une apparition dans And now… Ladies and Gentlemen, de Claude Lelouch.

Comment êtes-vous devenue Cathy ?

Patricia Kaas : L’an dernier, le producteur Jean-Pierre Alessandri m’a vue dans une émission où je présentais mon autobiographie, L’Ombre de ma voix (Flammarion). Il a trouvé, dans ma façon de parler, une authenticité et une sensibilité qui lui faisaient penser à Cathy.

Avez-vous tout de suite accepté ?

Oh non ! J’ai longtemps hésité, car je ne me sentais pas à la hauteur. Ce film montre le parcours et la reconstruction des parents d’une victime. Mon personnage est souvent en larmes, en colère. Or, je ne pleure jamais, et me fâche peu.

Alors comment y arriver ?

Pour moi, jouer des émotions est plus intime que de les chanter.

Qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis ?

Mon autobiographie, qui a été une sorte de thérapie. En me livrant sur le papier, j’ai levé le voile de pudeur qui m’aurait empêchée d’être sincère devant la caméra. J’y évoquais not... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi