Ashley Madison : 32 millions de comptes utilisateurs dévoilés sur Internet

A trop croquer dans la pomme, on peut finir par s’empoisonner… ou par avaler de travers. Les informations relatives à quelque 32 millions de comptes utilisateurs enregistrés sur le site de rencontre extraconjugales Ashley Madison ont été publiés sur Internet, dans la nuit du 18 au 19 août. Les données des utilisateurs du site se retrouvent donc à la portée de tous.

Depuis la mi-juillet, un groupe de hackers connu sous le nom de « The Impact Team » menaçait ouvertement de rendre public ces informations, récupérées lors d’un piratage du site, si l’entreprise canadienne éditrice de « Ashley Madison » ne cessait pas son activité, jugée immorale par les pirates. Cette fois, la menace a été mise à exécution.

Politique de confidentialité mensongère

Pour  « The Impact Team », les utilisateurs du site web, leader mondial en matière de rencontres extraconjugales, ne sont que des « salauds » et des « menteurs ». En plus de dénoncer le principe même du site, ces activistes veulent alerter sur la politique de confidentialité de « Ashley Madison », qu’ils décrivent comme mensongère.

En ligne de mire, l’option proposée par le site qui permet à un utilisateur de supprimer ses données. Payante, celle-ci ne permet cependant pas dans la réalité des faits d’effacer complètement les traces d’une inscription.

Mardi 18 août, « The Impact Team » déclarait : « Nous avons expliqué la fraude, la tromperie et la stupidité d’Avid Life Media et de ses membres. Maintenant, tout le monde peut voir leurs dossiers ».

Avid Life Media réagit

La société éditrice du site, si elle ne confirme pas la véracité des donnéespubliées, a néanmoins choisi de s’exprimer par communiqué : « Ce n’est pas l’action de hacktivistes, c’est l’action de criminels. C’est une agression illégale contre les membres d’ashleymadison.com et contre tous les libres penseurs qui ont des activités parfaitement légales en ligne. Le ou les criminels impliqués dans ces actions se sont autoproclamés juges de moralité, jury et bourreau, et cherchent à imposer leur propre conception de la vertu à l’ensemble de la société ».