Le chef cuisinier Asbell McElveen réhabilite le pionnier James Hemings

Ashbell McElveen est passionné par la cuisine et vit avec l'obsession d'une quête qui lui tient à cœur : faire connaître et reconnaître l'histoire de James Hemings, chef cuisinier et l'une des figures incontournables – en coulisses- du président des États-Unis Thomas Jefferson. Son existence avait été mise de côté par les livres d'histoire car sa condition d'esclave ne lui donnait aucun droit. Interpellé par le sujet il y a plusieurs années, le chef afro-américain consacre désormais une partie de sa vie à parler de celui qui fut au XVIIIe siècle le tout premier chef cuisinier de l'histoire du pays.

De notre correspondant à New York,

Ashbell McElveen n’est pas un chef comme les autres. Sa relation à la cuisine dépasse les limites des quatre murs, des objets qui s’y trouvent et des ingrédients qui composent ses plats. La passion du chef est aussi spirituelle, et ce, depuis une nuit où son destin prend une tournure qui le changera à tout jamais. Cela intervient plus précisément à la suite d'un événement culinaire lié à la passion pour la gastronomie de Thomas Jefferson, l’ancien président américain (de 1801 à 1809). « Peu de temps après cet événement, j’étais en train de somnoler dans mon lit, et j’ai eu des sueurs froides, et j’ai entendu quelque chose me dire « "mais comment as-tu pu m’oublier ?" », raconte-t-il, avant d’ajouter « Je ne savais pas ce que c’était sur le moment, mais cela a été une véritable révélation pour moi, et je suis convaincu que c’était l’esprit de James Hemings. Ça a changé ma vie à tout jamais ».

James Hemings, un héritage comme trait d’union entre les États-Unis et la France

Une source d'inspiration


Lire la suite sur RFI