Ary Abittan en pleine "déprime" ? La confrontation avec son ex-maîtresse repoussée, leurs vies en suspens

Ce qui était au départ une liaison assumée a tourné au cauchemar... Le 30 octobre 2021, une jeune femme a déposé plainte contre Ary Abittan pour viol. Le 2 novembre, on apprenait que le comédien était mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Entendu 5 heures par la justice le 24 février 2022, il n'a en revanche toujours pas été confronté à son accusatrice, une femme avec laquelle il entretenait une liaison alors qu'il est en couple avec Sarah-Line. De quoi empêcher les deux ex-amants d'avancer dans la vie.

C'est le magazine Public qui se fait l'écho de la lenteur de la justice dans cette affaire où Ary Abittan nie les faits reprochés en évoquant une relation sexuelle consentie alors que la plaignante assure avoir été victime d'une sodomie non consentie - elle a été vue par un médecin et a eu plusieurs jours d'ITT - après un premier rapport avec lequel elle était en revanche d'accord. "Il était prévu qu'il soit confronté à son accusatrice fin mai. Il n'en a rien été", affirme le magazine de source proche du dossier. La cause d'un tel retard ? Des expertises psychologiques qui auraient pris énormément de temps. "Il a été impossible de caler quoi que ce soit avant l'été", lâche une source.

Pendant ce temps, Ary Abittan - qui a changé d'appartement à Paris - est donc obligé de ronger son frein. Professionnellement, tout est au point mort pour lui, il n'a pris part à aucun...

Lire la suite


À lire aussi

Arthur papa : Pied en pleine tête et nuit blanche, sa fille Manava lui mène la vie dure !
Valérie Bénaïm confrontée à Patrick Poivre d'Arvor : elle revient sur leurs déjeuners ensemble...
"Femme de ménage", "ATSEM" : Gérald Darmanin et Jordan Bardella citent leurs mamans en plein débat

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles