Artus : "Le Maire est inquiet, car il peut soutenir la relance, mais pas redresser l’offre"

"Il y a un consensus pour dire que des professions dans les secteurs du médical, du transport, de la grande distribution ou de l’enseignement sont mal payées et mériteraient des revalorisations importantes de salaires. Mais dans le même temps, le déficit public est déjà considérable et les entreprises sont en difficulté. Donc il y a un conflit", explique Patrick Artus, membre du comité exécutif de Natixis, mardi 2 juin sur franceinfo. Des problèmes de demande et d'offre "Aujourd’hui, la technique est de dire que le déficit public n’a pas d’importance parce que la Banque centrale européenne rachète la dette des États et crée de la monnaie pour payer", note l'économiste."Le problème, c’est qu’aux problèmes de demande s’ajoutent des problèmes d’offre, comme les normes sanitaires dans les entreprises qui réduisent la productivité ou des entreprises trop endettées. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire est inquiet, car il peut soutenir la relance, mais pas redresser l’offre", déplore Patrick Artus, qui publie le livre 40 ans d’austérité salariale, comment en sortir ?.