Artisanat : d’ingénieur à boulanger bio, une nouvelle vie

Il l’a appelée "sa petite boulange". 35 mètres carrés à peine au coeur de Vannes, en Bretagne. Ici, chaque jour, dès 5 heures du matin, Ulysse Lauras pèse, mélange et pétrit inlassablement. Une nouvelle vie qu’il mène depuis un an. Avant cela, il était ingénieur dans l’industrie. Il avait des horaires fixes, et un salaire deux fois plus important. Aujourd’hui, avec sa boulangerie, il vit avec 1 350 euros nets, pour 70 heures de travail par semaine, sans aucun regret. "Non, aucun. Je me débrouille très bien sans avoir beaucoup d’argent", dit le boulanger en souriant. "On a qu’une vie" À 33 ans, l'ancien Parisien a une vie rêvée, avec le golfe du Morbihan pour décor. Un chemin parcouru pas à pas. D’abord en quittant définitivement le monde de l’industrie, il y a cinq ans. "On a qu’une vie, on a tout intérêt à se lancer pour faire quelque chose", explique-t-il à France Télévisions. Fini les usines et les bleus de travail, direction la pleine nature. Ulysse a passé trois ans à tâtonner, avant de passer son CAP, sous le regard admiratif de sa femme.