Arthur Germain, le fils d'Anne Hidalgo, remonte la Seine à la nage pour sensibiliser à la pollution

·2 min de lecture
Arthur Germain en Côte-d'Or, avant son départ - Capture Twitter
Arthur Germain en Côte-d'Or, avant son départ - Capture Twitter

775 kilomètres à la nage, en autonomie, dans la Seine. C'est le défi dans lequel s'est lancé l'aventurier Arthur Germain, fils de la maire de Paris Anne Hidalgo, pour sensibiliser le public à la cause environnementale.

Le jeune homme de 19 ans s'est élancé ce dimanche depuis la source de la Seine en Côte-d'Or, et a pour objectif de remonter le fleuve en 52 jours, jusqu'à son embouchure dans la Manche, au Havre, soit 15 à 20 kilomètres par jour. Pour ce faire, l'aventurier va tirer un kayak de 60 kilos à la nage derrière lui, ce qui va lui permettre de manger et dormir en extérieur.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Bataille avec l'administration

Pour se préparer physiquement, celui qui a déjà traversé La Manche à l'âge de 16 ans, s'est entraîné presque quotidiennement depuis octobre dernier, en bassin et en rivière. Alors que nager dans la Seine est interdit, le fils de l'édile parisienne a dû batailler pour obtenir les autorisations des communes riveraines du fleuve. La Seine "ne sert qu’à acheminer les marchandises et évacuer les déchets. Il a fallu être très inventif pour passer le mur de l’administration française", a-t-il expliqué à nos confrères du Parisien.

Si certaines communes restent hostiles à sa traversée, sa "détermination" reste totale. "Je passerai quand même comme prévu, je ne crois pas un seul instant qu’on m’arrêtera. Il n’y a aucun intérêt pour eux à le faire", a-t-il expliqué, assurant qu'il est "très important d'aller sensibiliser les villes sur la protection d'un fleuve".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Quant à sa filiation avec Anne Hidalgo, Arthur Germain affirme n'avoir pas eu besoin de son aide. "J’ai ma propre démarche, rien à prouver et aucun compte à rendre. Mon but n'est pas d’être célèbre, mais que mon projet de sensibilisation touche le plus de monde possible", conclut-il.

Le jeune aventurier compte partager en direct les détails de son périple via son site internet.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles