Arthur Chevallier – Windsor : le chaos protocolaire

·1 min de lecture
Elizabeth II le 22 mai 2021.
Elizabeth II le 22 mai 2021.

Se survivre n'est pas sans péril ; et, quand le faste s'estompe, apparaît le ridicule. La règle s'applique aux individus, aux institutions, aux dynasties. La famille royale d'Angleterre brille par son indiscipline. Ce chaos protocolaire provoque une confusion qui contredit les raisons pour le moins contestables pour lesquelles règnent les Windsor. La naissance du deuxième enfant du prince démissionnaire Harry est l'objet d'une médiatisation atterrante. Une famille royale n'est pas une entreprise dont on entre et on sort ; la fortune, les privilèges et la puissance impliquent des devoirs. Vivre ou régner, il faut choisir.

L'interview donnée par le prince Harry et sa femme à Oprah Winfrey avait déjà révélé une confusion des genres ridicule. Dans un mélange d'insinuations et de chouineries, Meghan Markle se plaignait du manque de bienveillance de sa belle-famille, de la dureté de sa belle-s?ur, en un mot de la difficulté de n'être personne au sein d'un clan au sommet de la hiérarchie sociale. Ce mauvais remake de Claude Sautet pourrait amuser s'il n'était l'avatar d'une décadence à laquelle les familles royales n'échappent pas ; car, au fond, ce que réclament Harry et Meghan, c'est la facilité.

À LIRE AUSSILe prince Harry a-t-il perdu la raison ?

Extension du prestige

Être héritiers du trône d'Angleterre devrait, bon sang, ressembler à un conte de fées ! Pourquoi tant de méchancetés ? Le roi n'est pas la seule condition de lui-même. L'extension de son prestige à [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles