Arthur Chevallier – L’effondrement moral et culturel de La France insoumise

Jean-Luc Mélenchon le 19 juin 2022.  - Credit:Alexis Sciard / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP
Jean-Luc Mélenchon le 19 juin 2022. - Credit:Alexis Sciard / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP

Les prophètes sont persévérants ; les apôtres sont entêtés. Cette loi des civilisations explique à elle seule l'effondrement de La France insoumise. D'un leader déterminé à transformer le logiciel idéologique d'une gauche à bout de souffle, il ne reste rien, ou si peu. La parade du lendemain des législatives aura fini, quelques semaines plus loin, dans un précipice où s'amoncellent les contradictions, les outrances, la bêtise. Doit-on s'étonner du texte au goût douteux écrit par Mathilde Panot, où elle accusait Emmanuel Macron de rendre hommage au maréchal Pétain le jour de la commémoration de la rafle du Vél' d'Hiv, sans préciser que les victimes étaient juives ? C'est en réalité la conclusion d'un processus de déliquescence.

Jean-Luc Mélenchon a tellement de talent qu'être d'accord avec lui n'a aucune importance. C'est un grand acteur, cultivé, provocateur, pertinent, brave parfois. Il y a presque dix ans, il parlait de la Révolution française avec une telle ferveur qu'il apparaissait, et c'était d'ailleurs sympathique, comme le premier des croisés d'une République saine, juste, unitaire. Il était l'étrange et pourtant convaincante rencontre de Saint-Just et Huber Matos. Depuis, il s'est livré à des maladresses, ne disons pas des provocations, relativement au judaïsme. Il ne mérite pas d'être qualifié d'antisémite, non, mais il a, pour d'incompréhensibles raisons, jouer avec Israël, sous-entendu on ne sait d'ailleurs trop quoi à propos du judaïsme de Zemm [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles