Artemis I : comment suivre en direct le lancement historique vers la Lune de la méga fusée de la Nasa ?

C’est le retour du SLS sur le pas de tir après un long report de plusieurs semaines. S’il reste quelques problèmes techniques encore à résoudre, la Nasa maintient toujours le 16 novembre comme date de lancement. Pour l’instant, la météo est favorable à 90 %. La fenêtre de tir durera deux heures.

Pour rappel, la mission Artemis I n’a pas d’astronaute à bord. C’est le prélude au retour de l’humanité sur la Lune prévu autour de 2026. Artemis I testera la mégafusée et le vaisseau Orion. Des mannequins équipés de capteurs seront à bord et une dizaine de nanosatellites font également partie du vol en tant que passagers secondaires. La mission suivante embarquera les premiers astronautes du programme autour de la Lune, tandis qu’Artemis III réalisera le premier posé sur le sol sélène depuis Apollo 17 il y a 50 ans.

Les signatures de l’ouragan Nicole

Le SLS est revenu sur le pas de tir LC-39B le 4 novembre, à l’aide du Crawler, fantastique transporteur monté sur chenilles. Depuis, le SLS attend son vol. Les équipes de la Nasa avaient décidé de le maintenir en dépit du passage de l’ouragan Nicole. Bien moins puissants que ceux de Ian, les vents ont soufflé jusqu’à 132 km/h (enregistré à 18 m de haut). C’est juste en-dessous de la limite de 137 km/h fixée par la Nasa.

Les vents ont laissé quand même quelques séquelles au lanceur. Plusieurs mètres de mastic ont été arrachés du vaisseau Orion. Ce mastic sert surtout à combler les trous, à protéger les composants des frottements atmosphériques et à éviter la surchauffe. La Nasa continuait de discuter ce lundi pour mieux connaître les effets de ce problème. Si jamais une réparation est indispensable, elle ne pourra se faire qu’au VAB, ce qui retarderait le vol une fois de plus de quelques semaines.

 Le vaisseau Orion au sommet du SLS. © Nasa, Kim Shiflett
Le vaisseau Orion au sommet du SLS. © Nasa, Kim Shiflett

Persistance du problème d’hydrogène

Enfin, la Nasa n’en a toujours pas terminé avec ce problème d’alimentation en hydrogène. Les données ne sont pas suffisamment satisfaisantes,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura