Artemis I : le grand départ pour la Lune est reporté

(Mise à jour 3 septembre) La Nasa a été contrainte de reporter le lancement d’Artemis I en raison d’une fuite de carburant détectée pendant le remplissage des réservoirs du lanceur. Selon sa gravité, il est possible de la réparer sur le pas de tir et donc d’éviter de ramener le lanceur dans le Bâtiment d’assemblage (le VAB), ce qui reporterait de plusieurs semaines les prochaines tentatives de lancement. Mais, les batteries qui font fonctionner le système de destruction en vol du lanceur sont aussi un sujet de préoccupation qui pourrait la contraindre à ramener le lanceur dans le VAB.

---------------------------------------

Feu vert pour le lancement d'Artemis I, première mission du programme visant à retourner sur la Lune et y rester cette fois-ci. Un retour sur la Lune qui, par ailleurs, ne pourra pas se faire sans l'ESA. Rendez-vous ce samedi 3 septembre, à partir de 19 h 40 (heure de Paris) sur Futura pour suivre ce moment historique.

Lundi 22 août, la Nasa a réalisé une dernière revue d’aptitude au vol du SLS et d’Orion qui s’est bien déroulée. Ce système de lancement qui doit ramener les Américains sur la Lune a été déclaré apte au vol. Le lancement d’Artemis I a donc été confirmé pour le 29 août. Le décollage du SLS est prévu dès que possible à l’intérieur d’une fenêtre de tir de deux heures qui s’ouvrira à 14 h 33, heure de Paris (08 h 33, heure locale). [MÀJ : la Nasa a reporté le vol au 3 septembre, à 20 h 17, heure de Paris].

Ce premier vol d'Artemis est un vol de test sans équipage qui va servir à qualifier le lanceur SLS et le véhicule Orion. Ce vol a donc pour but de pousser dans ses retranchements le module de service d’Orion (ESM), fourni par l’Agence spatiale européenne et sous maîtrise d’œuvre d’Airbus Défense et Espace, afin de voir s’il est capable de réaliser toutes les manœuvres prévues.

Que sera capable de faire Orion avec son module de service ?

À proprement parler, le but de ce vol, ce n’est évidemment pas de pousser le véhicule à sa limite...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura