Le champ de la liberté

Libération.fr
«Hang Up», d’Omar Ibrahim.

A la lumière de son expérience, l’artiste syrien Omar Ibrahim décrit les défis et les pièges qui guettent tout créateur en exil : appréhender la barrière de la langue, un nouvel environnement et les rouages du marché de l’art sans trahir ses convictions.

Ils lancent à pleins poumons des appels à l’aide, tiraillés entre un exil intérieur vécu dans les menus détails dans leur pays, et un autre, vécu celui-ci sur une terre qui leur est étrangère. Les cris sont chargés du désir de vivre, pleins d’énergie de produire et travailler. A la lisière entre deux pays, entre l’ancien et le nouveau, entre l’oriental et l’occidental, ils tentent de retrouver les traits de leurs visages. En se souvenant de ce qu’ils étaient, ils explorent ce qu’ils deviendront peut-être un jour. Leur travail artistique reste invariablement le seul lien pour se reconnaître et se présenter aux autres sous le meilleur jour possible : le seul moyen de communication, faute de connaître la langue qu’ils commencent à apprendre, à des conditions qui sont celles de leur exil parfois volontaire, souvent contraint. Le langage en question est celui des arts visuels, probablement les seuls à même de transmettre le cri de la liberté qui résonne aussi bien en eux que dans leur vie recommencée à zéro. Ils tentent de transmettre à l’autre l’idée qu’ils disposent, eux aussi, d’un média de communication et d’échange, qu’ils consolident en créant sans relâche une langue artistique distincte et raffinée.

Forte concurrence

Et tandis qu’ils observent leur ancienne identité et ses métamorphoses dans leurs nouveaux lieux de vie, ils se retrouvent pris dans la main d’un géant, dès qu’ils éprouvent le besoin de faire part d’un mouvement artistique plus large et plus englobant. Ce géant incarne la valeur humaine à préserver comme étant, d’une part, leur condition existentielle principale, et de l’autre, les contraintes du marché de l’art, vecteur d’hésitations et d’embarras. Il n’est pas moins complexe, ni moins risqué, de les (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Taro Izumi, statuts renversés
Sur Libération.fr
Editathon Art + féminisms 2017
Duane Hanson, sculptures instantanées
Liu Tao, la Chine mise à nu

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages