Art brut : les mondes intérieurs de Massou, ermite mué en artiste, disparu au printemps

franceinfo Culture avec agences
·2 min de lecture

Pendant 45 ans, Jean-Marie Massou, un homme psychotique et solitaire a bâti un monde en creux dans une forêt de châtaigniers du Lot, charriant des pierres, creusant inlassablement des passages souterrains vers un univers fantasmagorique. Si l'art brut est souvent le fait d'esprits où la folie et le tragique sont transcendés dans une œuvre compulsive, alors le parcours de Jean-Marie Massou en est un manifeste.

Massou est mort le 28 mai 2020, à l'âge de 70 ans, retrouvé inanimé parterre dans sa masure au milieu des bois. Cet homme massif, à l'allure inquiétante, aurait pu passer une partie de sa vie en hôpital psychiatrique. Mais une poignée de personnes, dont sa mère, ont pris la peine de l'écouter, de lui donner les moyens de vivre libre et de créer. "Ce qui m'a happé c'est tout l'univers autour de lui : son corps, sa création, sa détermination", explique le plasticien Antoine Boutet auteur en 2009 d'un documentaire remarqué sur Massou, Le Plein pays.

Dans les premiers plans de ce film hypnotique, on voit un homme à la tignasse ébouriffée se diriger d'un pas massif vers un trou recouvert de feuilles. Il se glisse et se fait avaler par la cavité...

Du travail sur des pierres, des collages et des appels au genre humain

Massou creuse des galeries, déterre des pierres gigantesques qu'il aligne, érige des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi