Arrivée de l'Ocean Viking à Toulon: Marine Le Pen dénonce un "signal dramatique de laxisme"

Arrivée de l'Ocean Viking à Toulon: Marine Le Pen dénonce un "signal dramatique de laxisme"
La président du groupe Rassemblement national Marine Le Pen à l'Assemblée nationale le 20 octobre. - ALAIN JOCARD / AFP
La président du groupe Rassemblement national Marine Le Pen à l'Assemblée nationale le 20 octobre. - ALAIN JOCARD / AFP

Accueillir le navire humanitaire Ocean Viking est un "signal dramatique de laxisme", a estimé Marine Le Pen jeudi, peu après le feu vert du gouvernement au débarquement "à titre exceptionnel" à Toulon avec 234 migrants à bord.

"En acceptant pour la première fois qu'un bateau débarque des migrants dans un port français, Emmanuel Macron lance un signal dramatique de laxisme. Avec cette décision, il ne peut plus faire croire à personne qu'il souhaite mettre fin à l'immigration massive et anarchique", a notamment déclaré la présidente du groupe Rassemblement national (RN) à l'Assemblée sur Twitter.

L'ancien candidat d'extrême droite à la présidentielle, Éric Zemmour, a également dénoncé un "signal aux passeurs". "C'est irresponsable, immoral et contraire à la volonté populaire et même à l'humanisme qui devrait dissuader à tout prix ces traversées", a-t-il tweeté.

Bras de fer entre la France et l'Italie

Le navire Ocean Viking de SOS Méditerranée qui erre depuis des semaines en mer sera accueilli vendredi au port militaire de Toulon et "un tiers" des passagers migrants seront "relocalisés" en France, s'ils sont régularisés, a annoncé ce jeudi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, à l'issue du Conseil des ministres.

Il a assuré que cet accueil se faisait "à titre exceptionnel" et que les passagers ne répondant pas aux critères des demandeurs d'asile "seraient reconduits directement".

Objet d'un bras de fer entre la France et l'Italie depuis plusieurs jours, le navire se trouve actuellement au large de la Corse avec 231 migrants à bord, trois ayant été hélitreuillés ce jeudi matin car gravement malades.

"Il était temps!", a à l'inverse réagi le député La France insoumise Antoine Léaument, jugeant dans un tweet qu'il s'agissait pour la France d'"une décision à la hauteur de ce qu'incarne son drapeau pour le monde".

"Ce n'est pas pour rien que notre devise contient le mot 'Fraternité'", a conclu le député de l'Essonne.

Article original publié sur BFMTV.com