Arrivée au pouvoir des Taliban en Afghanistan : attention aux images sorties de leur contexte

·7 min de lecture

Depuis la montée au pouvoir des Taliban en Afghanistan, la rédaction des Observateurs a suivi les images diffusées sur les réseaux sociaux. Comme pour tout événement historique, de nombreuses images ont été publiées alors qu’elles étaient truquées, anciennes ou sorties de leur contexte. Sur notre compte Twitter @InfoIntoxF24, nous avons tweeté des vérifications de ces publications : retrouvez-en une sélection dans cet article.

Cette vidéo montre-t-elle le président Ashraf Ghani fuyant le pays ?

Lors de la prise de Kaboul par les Taliban, le dimanche 15 août, le président Ashraf Ghani a fui le pays, expliquant sur sa page Facebook vouloir éviter "un bain de sang".

Dans ce contexte, une vidéo a été diffusée sur Twitter et présentée comme celle de la fuite d'Ashraf Ghani, qui est vu en train de monter dans un avion.

Mais en réalité, le départ d'Ashraf Ghani n’a pas été filmé : cette vidéo date du 15 juillet 2021, lorsque l’ex-président afghan partait assister à une conférence intitulée "Asie centrale et du Sud : Connectivité régionale, opportunités et défis", qui se tenait le lendemain à Tashkent, en Ouzbékistan.

Les Taliban ont-ils hissé leur drapeau au sommet du palais présidentiel ?

Dans le contexte de la prise de Kaboul par les Taliban le 15 août, une image a été largement partagée sur Twitter, montrant le drapeau taliban, reconnaissable par ses inscriptions noires sur fond blanc (la chahada, la profession de foi musulmane), accroché au sommet du palais présidentiel.

Si les Taliban ont bien investi le palais présidentiel à Kaboul le 15 août, cette image est fausse : c’est un photo-montage à partir d’une vidéo où l'on peut bien voir le drapeau tricolore afghan flotter au sommet de la tour du palais présidentiel. La vidéo originale peut être retrouvée sur Twitter et aurait été publiée au moins en mars 2020.

Mais cela ne veut pas dire que le drapeau afghan restera en place. Rapidement, les Taliban ont commencé à remplacer le tricolore afghan par leur drapeau à travers tout le pays. Les manifestations de civils organisées à l’est de l’Afghanistan s’opposant au remplacement du drapeau ont été durement réprimées par les Taliban.

Les femmes afghanes sont-elles enchaînées après avoir été capturées par les Taliban ?

Plusieurs photos ont été diffusées pour décrire la situation actuelle ou future des femmes avec la montée au pouvoir des Taliban. Si la situation des femmes en Afghanistan est extrêmement préoccupante, ces images ont été sorties de leur contexte ou retouchées.

Sur cette première image, on voit une femme dont les poignets sont attachés par une chaîne tenue par un homme. La photo est partagée sans contexte sur Twitter, en anglais (ce post, ou encore ici ou ).

Une rapide recherche d’image inversée nous permet de retrouver le contexte de cette image : le 17 octobre 2014, des activistes kurdes ont organisé une manifestation contre l’État islamique à Londres, pendant laquelle une performance théâtrale a parodié un faux marché aux esclaves sexuelles, comme on peut le lire dans cet article de la BBC.

Le photographe Ari Murad, présent ce jour-là, a expliqué sur Twitter avoir pris cette photo en 2014. Il avait aussi filmé la performance, dont la vidéo a été publiée sur sa page Facebook.

Sur cette deuxième image, on voit trois femmes marcher de dos, liées par une chaîne tenue par un homme marchant devant elles. La photo a été partagée dans les jours suivant la prise de Kaboul par les Taliban sur Twitter, comme sur ce post ou celui-là.

Mais la chaîne a été rajoutée : c’est un photo-montage. Avec une rapide recherche d’image inversée, on peut retrouver la photo originale sur le site de photographie Trek Earth : elle a été prise en février 2003 à Erbil, en Irak, par Murat Düzyol.

Contacté par India Today et Associated Press pour leurs articles respectifs de vérification, le photojournaliste a expliqué le contexte de l’image :

L'homme assistait à une réunion de condoléances pour les civils irakiens tués, après une prière du vendredi à Erbil. Alors que les gens rentraient chez eux, une telle composition est apparue au hasard dans la rue. C'était une photo d’un moment instantané, et complètement naturel (...). Les femmes se connaissaient évidemment, mais je ne suis pas sûr qu'elles connaissaient l'homme.

Les femmes afghanes sont-elles sorties manifester en masse contre les Taliban dans les rues en Afghanistan ?

Une vidéo a été diffusée sur Twitter (ici ou ) en étant localisée en Afghanistan, les légendes des tweets soulignant le courage des femmes afghanes qui "défient courageusement les talibans" (sic) en manifestant dans la rue.

Cette vidéo n’a pas été filmée en Afghanistan, mais en Iran, à Qom. Le 16 août 2021, des femmes de la diaspora afghane ont organisé des manifestations anti-Taliban dans plusieurs villes iraniennes (Téhéran, Ispahan et Qom), comme le mentionne Iran International. On peut voir des photos et vidéos de la manifestation de Qom dans cette publication Twitter ou encore celle-ci. Le média India Today a publié un article vérifiant cette vidéo ainsi que sa géolocalisation, en collaboration avec des journalistes d’un média local, Qom News.

Clarissa Ward a-t-elle dû changer radicalement sa tenue depuis l’arrivée des Taliban à Kaboul ?

Une comparaison de deux captures d’écran de la journaliste Clarissa Ward en duplex depuis Kaboul pour la télévision américaine CNN est devenue virale sur Twitter (ici, ici et ), au lendemain de la prise de la capitale afghane par les Taliban.

"En 24 heures, la correspondante de CNN Clarissa Ward a dû se voiler pour pouvoir exercer son métier dans les rues de Kaboul", commentait dans son tweet l’homme politique français Éric Ciotti.

L’envoyée spéciale de CNN a précisé sur son compte Twitter que la comparaison n’est pas pertinente. La photo du haut a été prise dans un lieu privé, où elle ne se couvre pas la tête ; la photo du bas, dans la rue. Elle explique avoir toujours couvert sa tête dans les rues de Kaboul et que depuis l’arrivée des Taliban, elle a commencé à se couvrir entièrement les cheveux et à porter une abaya pour des raisons de sécurité.

Attention aux nombreuses photos et vidéos anciennes, pourtant parfois similaires à des photos actuelles

Lors des premières évacuations par avion militaire, les photos et vidéos de l’aéroport de Kaboul sont devenues virales sur les réseaux sociaux. Mais certaines images sont en réalité beaucoup plus anciennes.

Cette photo de l’intérieur d’un avion contenant majoritairement des hommes, partagée sur Twitter (ici ou ), n’a pas été prise à Kaboul. La photo date d’avril 2018 et apparaît dans cet article de l’agence de presse d’État Anadolu, titré "6 846 immigrants illégaux d'Afghanistan sont rentrés dans leur pays", lors des expulsions de réfugiés afghans depuis la Turquie.

La photo de l’intérieur du cargo militaire américain évacuant 640 Afghans le 15 août 2021 est devenue symbolique de la première journée d’évacuation des civils depuis Kaboul. Mais une autre photo très similaire a été partagée comme ayant été prise elle aussi à Kaboul. En réalité, cette deuxième photo a été prise en 2013, lorsque 670 personnes ont été évacuées des Philippines par les forces américaines après le super-typhon Haiyan, le 17 novembre 2013.

Enfin, des vidéos violentes refont surface depuis le 15 août 2021 et sont présentées comme se déroulant actuellement en Afghanistan, alors qu’elles ne sont pas actuelles.

ATTENTION : ces images peuvent choquer.

Cette vidéo du lynchage d’une femme par un tribunal taliban a été postée le 10 août, pendant la rapide conquête de l’Afghanistan par les Taliban. Mais le lynchage date de fin 2020 et s’est déroulé près d’Herat, dans l’ouest du pays, dans une zone contrôlée par les Taliban : vous pouvez retrouver notre article réalisé à l’époque de la diffusion de la vidéo sur Facebook.

Cette autre vidéo de l’exécution publique d’une femme (ici, ici ou ), n’est pas récente et ne s’est pas déroulée en Afghanistan. La scène de l’exécution d’une femme par Al-Qaeda, en Syrie, pour adultère a été publiée sur Internet en janvier 2015, selon des articles publiés à l’époque (The Independent, Daily Mail) et selon l’article de vérification de Reuters.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles