Arrestations de Mantes: des lycéens rejouent la scène

LExpress.fr
À nouveau dans les rues ce vendredi, certains lycéens et lycéennes ont apporté leur soutien à leurs congénères arrêtés à Mantes.

La scène d'interpellation de dizaines de lycéens, genoux à terre pendant des heures, à Mantes-la-Jolie (Yvelines), jeudi, suscite toujours indignation et réactions. Alors que la mobilisation lycéenne contre la réforme du bac et Parcoursup, notamment, se poursuit ce vendredi, certains se sont servis des images de Mantes dans leurs manifestations. 

LIRE AUSSI >> Des enquêtes ouvertes après l'arrestation massive de lycéens 

Ainsi, à plusieurs reprises, on a pu noter que des lycéennes et lycéens se sont, de leur propre chef et non sous la contrainte, mis à genoux, les mains derrière la tête. On a notamment vu ce genre de scènes place de la République, à Paris,, à Montreuil (Seine-Saint-Denis) ou à Dijon.  

A Dijon, par exemple, la station locale de France 3 indique que des professeurs faisaient aussi partie de la manifestation. "J'ai appris ce matin ce qu'il s'est passé à Mantes-la-Jolie et je pense que c'est la honte de la République, explique un enseignant. Un tag, ça s'efface sur l'Arc de Triomphe. Mais ce qui est fait sur la jeunesse, c'est inadmissible", a expliqué l'un d'eux. 

LIRE AUSSI >> Lycées: de nouveaux incidents ce vendredi 

Reprendre la symbolique d'images le plus souvent jugées choquantes et humiliantes à son compte n'est évidemment pas une technique nouvelle pour un mouvement social. Tout cela n'est évidemment pas de goût des autorités. A Dijon, la préfecture de Bourgogne-Franche-Comté a considéré la "mise en scène" des lycéens et de leurs accompagnants de "provocation tout à fait inappropriée" face aux forces de l'ordre. 

Retrouver cet article sur L'Express.fr

Lycées: de nouveaux incidents ce vendredi

Arrestations de Mantes: des lycéens rejouent la scène

Le mouvement lycéen durera-t-il?

Blocages dans les lycées: près de 100 gardes à vue mardi