A Arras, au dernier meeting de Marine Le Pen, un cri de ralliement : «Tout sauf Macron»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Agency/bppa/ABACAPRESS.COM
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le dernier meeting de Marine Le Pen à Arras jeudi a pris des allures de "tout sauf Macron".

"Macron, c'est l'horreur", "faisons barrage" et "Marine est mûre" pour le pouvoir: le dernier meeting de Marine Le Pen à Arras jeudi a pris des allures de "tout sauf Macron", alors que les sondages donnent un avantage au président sortant.

Dans un discours très offensif, la candidate d'extrême droite a appelé à "un front anti-Macron", un président qui "n'aime pas les Francais", a-t-elle tonné, en reprochant à son rival sa "condescendance et son arrogance sans limite" lors du débat télévisé de la veille . "Un président ne devrait pas se tenir comme cela", a-t-elle ironisé. Chauffés à blanc, certains partisans, drapeaux français en main, ont hurlé des "Macron dehors", "banquier", "voleur" et même un "Macron pendaison", lâché par un militant au fond du hangar d'Artois Expo, où plus de 3.000 personnes étaient réunies et où... Emmanuel Macron avait lui aussi tenu un meeting entre les deux tours il y a cinq ans.

Dans les travées, au milieu des chaises pliantes en velours rouge, beaucoup pestent contre le président sortant, "candidat des riches", et fustigent sa gestion du Covid. "Macron a menti, alors que c'est une grippe comme une autre. Il nous a enfermés comme des lapins", lance Jean-Marie Depoilly, 66 ans, électeur de Le Pen de père en fille. Et "il a pris de l'argent aux pauvres pour donner aux riches", attaque encore ce retraité, ancien employé d'un abattoir puis ouvrier dans une usine de verrerie. Laetitia Melin, 33 ans, aide médico-psychologue, suspendue de son poste car pas vaccinée, soutient Marine Le Pen parce qu'elle est contre le pass sanitaire. Mais si sa championne s'incline, elle a "déjà prévu de quitter la France, peut-être pour l'Espagne". Cette jeune femme de la Somme ne veut "plus avoir affaire à M.(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles