Les arrangements «inacceptables» de Lafarge en Syrie

Libération.fr

C’est le Monde qui avait révélé l’affaire en juin. Le géant suisse des matériaux de construction LafargeHolcim a reconnu jeudi dans un communiqué avoir «remis des fonds à des tierces parties [en Syrie] afin de trouver des arrangements avec un certain nombre de ces groupes armés, dont des tiers visés par des sanctions». Selon le Monde, ces «arrangements» ont notamment profité à l’organisation Etat islamique. Alors que la guerre civile prenait de l’ampleur, plutôt que de quitter le pays, la cimenterie aurait négocié des droits de passage aux check-points tenus par les jihadistes pour que ses camions puissent passer et s’est approvisionnée auprès de négociants en pétrole dont les champs étaient tenus par l’EI, finançant ainsi indirectement l’organisation terroriste.

Le groupe a finalement quitté le site en 2014. La cimenterie fait maintenant office de base pour les forces françaises, américaines et britanniques.



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Affaire Troadec : après le Finistère, la piste passe par Saint-Nazaire
Heetch hors service
Sous-effectif et burn-out : police secours appelle à l’aide dans l’Hérault
Disparition Claudine Maugendre, bonne fée du photojournalisme
La vie de Marwa est-elle encore une vie ?

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages