"On m'a arraché une partie de moi": le témoignage déchirant de la mère d'Alisha à sa fille

Fanny Rocher
·3 min de lecture
La mère d'Alisha s'est exprimée à l'arrivée du cortège - BFMTV
La mère d'Alisha s'est exprimée à l'arrivée du cortège - BFMTV

Plusieurs milliers de personnes sont présentes ce dimanche à la marche blanche en hommage à Alisha, adolescente noyée dans la Seine lundi. Le cortège est parti en début d'après-midi du lycée Cognacq-Jay d'Argenteuil (Val-d'Oise), où la jeune fille était scolarisée et est arrivé au parc des Berges, en bord de Seine.

"Elle était très heureuse à l’école c’était vraiment une bonne élève. C’était surtout une fille formidable, très gentille et serviable. En plus d’être ma meilleure amie et elle m’aidait beaucoup à la maison. Elle était très proche de sa famille", a expliqué avec beaucoup d'émotion la mère d'Alisha à l'arrivée du cortège.

"Ça pourrait être votre fille, votre sœur"

"Je n’arrive pas à croire ce qu’il m’arrive, ça m’empêche de dormir (...) Je me sens seule, on m’a arraché une partie de moi. Plus rien ne sera comme avant. On avait des projets, elle avait toute sa vie pour les réaliser mais elle a croisé la route de ses assassins", a-t-elle ajouté.

Le père de la jeune fille quant à lui s'est dit "bouleversé". "C’est ma fille Alisha, elle est partie. Ça pourrait être votre fille, votre sœur", a-t-il expliqué, avant de demander une minute de silence en hommage à sa fille.

Egalement présent à la marche, le maire d'Argenteuil LR Georges Mothron, a tenu à remercier "toutes et tous de porter tout le secours possible à la famille pour laquelle Alisha ne sera jamais tout à fait remplacée". L'édile a averti sur les "usages dangereux des réseaux sociaux dont l'anonymat permet à certains de se cacher".

"Veillons à ce que ce soit le dernier accident, et que ces réseaux sociaux puissent être condamnés", a-t-il conclut.

"Le harcèlement tue, le harcèlement scolaire tue. Il faut une prise de conscience national, il le faut pour sa famille, ses amis, ses professeurs, il le faut pour qu’Alisha ne soit morte en vain", a ajouté Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France.

Les deux suspects mis en examen pour assassinat

L'adolescente de 14 ans aurait été frappée et jetée dans la Seine par deux autres mineurs de 15 ans, scolarisés dans le même établissement. La jeune fille, piégée par l'adolescent et sa copine, aurait reçu "par surprise des coups au visage" de la part du jeune homme qui l'aurait fait tomber au sol avant de lui asséner plusieurs coups de pied, dans le dos et la tête, selon les premiers éléments de l'enquête révélés par Eric Corbaux, procureur de Pontoise.

Une photo d'Alisha en sous-vêtements avait été diffusée sur le réseau social Snapchat en février et une bagarre avait éclaté quelques jours avant le drame entre les trois adolescents. Les deux suspects faisaient l’objet d’une procédure disciplinaire et avaient été exclus provisoirement de l'établissement pour harcèlement sur la victime.

Les suspects ont été écroués dans les quartiers pour mineurs de deux établissements pénitentiaires. Ils ont été mis en examen pour assassinat et risquent jusqu'à vingt ans de prison.

Article original publié sur BFMTV.com