Arrêtez de voler des galets sur la plage

Une pierre serait un beau souvenir, mais il vaut mieux qu'elle reste là. | Eduardo Kenji Amorim via Unsplash
Une pierre serait un beau souvenir, mais il vaut mieux qu'elle reste là. | Eduardo Kenji Amorim via Unsplash

Certes, la tentation est parfois grande de laisser sortir notre enfant intérieur et d'emporter un caillou de la plage de galets comme souvenir. Il y a des gens qui possèdent toute une petite collection à la maison ou dans le jardin et se réjouissent de la diversité des couleurs, des tailles et des textures.

Ce qui semble être un rituel mignon et inoffensif est pourtant illégal et passible de lourdes amendes, et ce pour une bonne raison: les galets, mais aussi le sable ou les coquillages, sont un habitat pour de nombreuses espèces animales et végétales. En outre, ils maintiennent l'intégrité structurelle d'une plage et constituent une protection importante contre les inondations et l'érosion.

1.500 euros, et au-delà

Pour le sable et les coquillages vides, les règles sont un peu plus souples: en général, les autorités tolèrent que l'on en emporte de petites quantités. Mais dès que l'on dépasse les bornes ou que l'on enlève du sable sur la plage à des fins commerciales, on peut également se voir infliger une amende pouvant aller jusqu'à 1.500 euros. En revanche, il est possible de ramener sans problème des éclats de verre abrasés par les vagues ou du bois flottant.

C'est lorsque l'on embarque des plantes côtières que les autorités françaises comprennent pas du tout la plaisanterie: en les coupant, on risque jusqu'à 150.000 euros d'amende pour «atteinte à la conservation d'espèces végétales non cultivées». Les raisons de ces règles strictes sont évidentes: prendre une poignée de pierres ou une belle fleur semble être un détail, mais si tout le monde le fait, l'écosystème finira par être déséquilibré.

De telles règles ne s'appliquent pas seulement aux plages nationales, mais aussi dans de nombreux autres pays européens: dans les îles Canaries, par exemple, les amendes peuvent aller jusqu'à près de 3.000 euros, selon la quantité de matériel emporté. Au Royaume-Uni aussi, le…

Lire la suite sur Slate.fr