Arnault, Guerrand-Hermès, Mulliez : ces riches français qui placent leur argent au Luxembourg

·1 min de lecture

Selon une enquête du "Monde" en partenariat avec 16 médias étrangers, les Français figurent à la première place du classement des 157 nationalités représentées parmi les bénéficiaires de l'avantageux système fiscal luxembourgeois, avec 17.000 sociétés immatriculées. 37 des 50 familles françaises les plus riches apparaissent dans 627.000 documents comptables réunis par nos confrères.

"La France n'aime pas les riches", professait encore Alain Duhamel ce lundi 8 février sur BFMTV. A lire l'enquête du Monde sur les OpenLux, consacrée aux pratiques d'optimisation et d'évasion fiscales au Luxembourg auxquelles s'adonnent notamment grandes fortunes et grands groupes tricolores, les riches le lui rendent bien.Quelque 140.000 sociétés actives ont été identifiées au Luxembourg par le quotidien français et les 16 médias partenaires associés à l'enquête. Les investigations de nos confrères montrent que 90% des sociétés immatriculées au Luxembourg sont détenues par des non-résidents, et une société sur trois est une société de participation ou holding dans laquelle sont logés des actifs, bénéficiant du régime fiscal très avantageux du Grand-Duché.6.500 milliards d'euros d'actifsD'après les calculs du Monde, ces holdings offshore luxembourgeoises détiennent 6.500 milliards d'euros d'actifs. A titre de comparaison, le PIB de la France en 2019 était, selon l'Insee, de 2.322 milliards d'euros. Les Français figurent à la première place du classement des 157 nationalités représentées...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Bataille Lagardère contre Vivendi et Amber Capital : et à la fin, c'est Bernard Arnault qui gagne

Dépeçage de Lagardère : derrière Bernard Arnault et Vincent Bolloré, l'ombre de Macron

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République